France : prison pour un Algérien qui a empêché sa fille d’épouser le petit-fils d’un harki

Algérie – C’est une bonne partie de la famille qui a écopé d’une lourde peine. Un Algérien a été condamné par un tribunal français à quatre ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir séquestré sa fille. Cette dernière projetait de se marier avec un petit-fils de harki.

L’affaire a été ébruitée au mois de juillet dernier. Mounia Haddad, élue locale LREM (La République en marche, le parti d’Emmanuel Macron) en Indre-et-Loire, une région du centre-ouest de l’Hexagone, a été signalée absente sur son lieu de travail. Une absence qui n’est pas passée inaperçue auprès de ses collègues.

Alertées par son compagnon, les forces de l’ordre françaises ont déclenché une opération de recherche suite à laquelle la jeune femme de 29 ans a été retrouvée au domicile parentale. Elle était en effet retenue contre son gré par dans le but de capoter sa relation et la faire convoler en justes noces avec un homme vivant en Algérie.

Dans sa version des faits, la jeune élue a expliqué aux enquêteurs avoir été enlevée  par son père et ses deux oncles alors qu’elle était avec son compagnon dans les Alpes-Maritimes, une région du sud-est de la France. De plus, elle a affirmé avoir effectué un retrait de 41 000 euros de son compte sous la pression.

Mis en examen, le père, les deux oncles et le frère de la victime ont comparu hier jeudi devant le Tribunal correctionnel de Tours. Ils ont tous été condamnés à des peines allant de dix mois avec sursis pour le frère, jusqu’à deux ans et demi de prison ferme pour le père et deux ans et un an et demi fermes pour ses deux oncles.

Tags

prison harki père élue

 

Source : alg24

alg24