Iles reprennent l’activité de gardes d’urgences aujourd’hui : Les médecins résidents font marche arrière

Après près d’un mois et demi de gel de l’activité de garde, les médecins résidents, en grève depuis sept mois ont décidé de reprendre l’activité dans les urgences dès aujourd’hui. Finalement les médecins résidents, qui avaient la semaine dernière décidé de ne pas reprendre l’activité de garde, suite au mutisme de la tutelle, ont décidé de faire marche arrière. Comme signe de bonne foi, le corps médical reprendra aujourd’hui l’activité de garde, suspendue depuis le 29 avril dernier. Mais cette fois, la reprise n’est conditionnée par aucune invitation au dialogue, bien au contraire elle vise à démontrer les «dispositions à trouver des solutions efficientes dans les plus brefs délais». En effet, à travers un communiqué de presse, rendu public dans l’après midi d’hier, le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), a annoncé la décision «d’une reprise de l’activité de gardes d’urgences (uniquement et non de l’activité même face aux intimidations) de 16H à 8h dans toutes les structures hospitalières universitaires du pays à compter du mercredi 13/06/2018». Pour le Camra «cette décision intervient comme signe de bonne volonté en réponse à la promesse de dialogue affirmée par le ministre de la Santé lors de ses interventions médiatiques, mais également afin de trouver une issue favorable et rapide à cette crise qui n’a que trop duré et dont nos patients et la famille médicale sont les premières victimes». Aussi, le Camra précise que cette décision est imposée par «la situation dramatique dont souffrent quotidiennement nos hôpitaux et qui n’ira qu’en s’accentuant à l’approche de la saison estivale, devant la fatigue et l’exaspération de nos aînés mobilisés durant tout le mois sacré, et à quelques jours de l’Aïd el Fitr, fête religieuse synonyme de miséricorde et de bienveillance et dans le souci de restaurer le cadre d’une concertation apaisée». Pour le Camra, qui veut ainsi prendre à témoin la «communauté nationale sur la sincérité de nos bonnes dispositions à trouver des solutions efficientes dans les plus brefs délais», la décision ne signifie aucunement de renoncer aux revendications soulevées. «Nous ne renonçons pas à nos revendications et demeurons plus que jamais mobilisés et solidaires afin de défendre les intérêts de tous les résidents, et en particulier ceux de nos consœurs et confrères de première année et candidats à l’examen du DEMS, dont les échéances particulières constitueront une préoccupation permanente», écrit le Camra, avant de préciser que «le collectif n’acceptera aucun accord qui ne garantirait pas le respect de leur volonté et la protection de leurs droits, notamment en termes de délai et de dates de programmation de leurs examens ».
Ainsi, le Collectif réaffirme « son plein engagement à faire honneur à la bravoure et aux sacrifices des milliers de résidents de tout le pays qui continuent en dépit des difficultés nombreuses, des menaces, des sanctions, des intimidations, des gels de salaires, à résister et à donner ses lettres de noblesse au mot dignité ». Pour rappel, les médecins résidents avaient proposé une reprise des gardes pour le 3 juin dernier conditionnée par une relance des négociations. Faute d’une invitation au dialogue, le corps médical a renoncé à la reprise. Une semaine après, le Camra vient de rendre son verdict de reprendre les gardes, ce qui constitue une nouvelle tournure dans le mouvement qui a plongé les hôpitaux dans le chaos.
Lamia Boufassa


Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie