La mise en place du transport urbain nocturne, une nécessité

La population est appelée à veiller tard durant la saison estivale en général et le mois de Ramadhan en particulier, car les veillées sont prisées après une journée caniculaire et un jeûne éprouvant. Le chef-lieu de wilaya, qui abrite plus de 180 000 habitants, résidant essentiellement dans des cités et des quartiers périphériques, est desservi par le transport urbain couvrant 8 lignes. Pour des raisons indéterminées, ce service public ne répond pas aux légitimes attentes citoyennes, puisque les bus cessent leurs rotations vers 18h. Des milliers d’usagers restent en rade aux arrêts de bus et, de guerre lasse, recourent aux taxis qui exigent la somme de 150 DA pour un petit trajet ! À la veille du mois béni, des citoyens saisissent cette opportunité pour attirer l’attention des autorités locales, particulièrement la direction des transports.
D’aucuns souhaitent des dessertes nocturnes durant le mois de Ramadhan, car les familles aiment prendre l’air après le f’tour pour des promenades et des visites aux proches, les jeunes veillent tard et les fidèles rallient les mosquées pour les prières d’el-icha et des tarawih. Un sexagénaire confie à Liberté : “Le transport urbain dispose d’un parc roulant de plus de 160 minibus, et il appartient aux responsables de ce secteur d’établir un service de nuit qui fonctionnerait jusqu’à minuit pour assurer le déplacement de milliers de personnes et contribuer à l’animation et à la sécurité d’autrui !”

Hamid B.


Source : liberte-algerie

liberte-algerie