Logement, santé, éducation et aménagement au menu

Les projets relevant des secteurs du logement, de la santé, de l’éducation et de l’aménagement, ont été au menu d’une visite de travail effectuée, avant-hier, par le wali de Béjaïa, Ahmed Maâbed, dans les communes de Tazmalt, Aït M’likech et Boujellil, relevant de la daïra de Tazmalt.
Le wali, qui a entamé sa visite par la commune d’Aït M’likech, s’est enquis de l’état d’avancement du projet de réalisation d’une cantine scolaire de 200 rations au CEM Benmessaoud-Rabia dans le village Tabouda. Le retard qu’accusent les travaux de réalisation n’a pas manqué de susciter l’ire du chef de l’exécutif qui a donné un délai de deux mois aux responsables de l’entreprise en charge pour livrer le projet. En effet, le projet qui date de 2011 est achevé partiellement et sa livraison attend toujours de voir le jour. Les responsables de l’entreprise réalisatrice évoquent une facture impayée de 240 millions de centimes laquelle, selon eux, a freiné à la cadence des travaux.
Après une visite au nouveau siège de la même municipalité, en voie de réalisation, et qui nécessite encore pas moins de sept milliards de centimes pour l’achèvement des travaux, M. Maâbed s’est enquis de l’état d’avancement du projet de réalisation de 30 logements. Tout en donnant comme date limite, le mois de mars prochain pour la livraison des 30 unités, le wali a instruit les responsables de l’entreprise réalisatrice afin d’accélérer les travaux.
Dans la commune de Tazmalt, chef-lieu de daïra, où il a également fait escale, le chef de l’exécutif a inspecté le lotissement social et dans lequel 713 bénéficiaires attendent depuis 18 ans de se voir établir des actes de propriété. Le wali qui a tenu à rassurer ces derniers, a instruit le directeur de l’agence foncière afin d’établir le fameux document au profit des concernés.
En inspectant l’hôpital de 60 lits en voie de réalisation dans la commune, le wali n’a pas caché son mécontentement quant au retard considérable pris dans l’achèvement des travaux. En effet, le projet à la traîne et datant de 2009 est à 70% de taux d’avancement. Aux responsables du projet qui ont évoqué l’austérité et les coupes budgétaires pour expliquer le retard pris, M. Maâbed, tout en regrettant le manque de coordination entre les intervenants dans la réalisation, a estimé que si les travaux avaient été entamés en 2010, le projet serait déjà achevé depuis longtemps. Tout en soulignant que désormais, aucun retard ne sera toléré, il a donné un délai de trois mois afin d’achever les travaux puisque, selon lui, “toutes les contraintes ont été levées”.
Après s’être enquis des projets de réalisation de 500 logements sociaux et du projet d’aménagement de la cité Mirlou 1, le wali a clôturé son périple à Boudjellil, où il s’est enquis de l’état d’avancement des travaux de réalisation d’une maison de jeunes et où il a inspecté une école primaire à Metchik et la cité ex-Casorec.

H. KABIR

Source : liberte-algerie

liberte-algerie