Tribune. ” Le PDG d’Air Algérie est deux fois mieux payé que vous, monsieur le Ministre et peut être mieux que le Président de la République”

Monsieur le Ministre,

Nos représentants légaux du bureau du SNPNCA ayant été privés de leur droit constitutionnel de travailler et d’exercer leur activité syndicale, nous collectif du Personnel Navigant sommes dans l’obligation morale d’alerter les pouvoirs publics sur les dérives du PDG d’Air Algérie et les graves conséquences que cela peut entraîner.

Le PDG d’Air Algérie a adressé i,l y a quelques mois une lettre au personnel dans laquelle il a appelé les travailleurs à renoncer à toute revendication salariale en raison de la situation financière de l’entreprise. L’opinion publique et la presse ont salué l’initiative du PDG
la compagnie nationale pour avoir révélé des vérités toutes crues.

Beaucoup ont cru à ce discours populiste et ont souligné le courage et l’honnêteté de Monsieur Allèche ! Oui, sauf que ce PDG exemplaire n’a pas dit toute la vérité. Il a oublié,
en effet de reconnaître que lui même avait doublé son salaire (actuellement autour de Un million de DA) par rapport à son prédécesseur.

Monsieur Allèche est, de loin deux fois mieux payé que vous, Monsieur le Ministre et peut être mieux que son excellence Monsieur le Président de la République. Plus grave il a réussi ce tour de passe-passe en se faisant payer en qualité de Commandant de bord qui accompli mensuellement des dizaines d’heures de vol alors que tout le monde sait que :

1. Le PDG n’a pas effectué une seule heure de vol depuis sa nomination en février 2017.

2. Il n’est pas médicalement autorisé à piloter depuis son accident vasculaire.

3. Indépendamment de son état de santé, un pilote perd la validité de sa licence s’il ne vole pas pendant six mois consécutifs.

4. Un PDG d’une entreprise publique est, de par la loi, censé être payé sur la base d’un contrat de cadre dirigeant et des objectifs de performance précis.

Le PDG après avoir adhéré aux accords salariaux conclus par son prédécesseur en approuvant lui-même des échéanciers d’application de ces accords (18 mois pour les PNC), a fait volte face en reniant sa propre signature.

Mais après s’être assuré bien sûr que sa corporation ne serait pas lésée et que son salaire personnel avait bénéficié de l’application de l’accord passé avec les syndicats des pilotes.

Pour se justifier, il a évoqué la situation financière de l’entreprise et a annoncé des pertes de 11 milliards de dinars. Information que vous avez repris Monsieur le Ministre, pensant que le PDG savait de quoi il parlait !

Or, la réalité est toute autre, puisque les représentants des travailleurs au sein du Conseil d’Administration affirment quel’entreprise a réalisé en 2017 un bénéfice de +3 milliards de DA. Nous mettons au défi le PDG de rendre public les résultats de l’exercice 2017.

M. Alleche veut se présenter aux autorités et à l’opinion comme un homme rigoureux, soucieux des finances publics, mais c’est loin d’être le cas lorsqu’il s’agit de sa personne et de sa corporation. Son corporatisme étroit et flagrant, en faveur du corps des pilotes, est une provocation envers les autres corps de métiers et syndicats et constitue une menace permanente pour la stabilité des relations sociales.

Pour preuve, il a passé sous silence le scandale qui a touché des Pilotes (secteur ATR) qui
trichaient sur les heures de vols réalisés pour gonfler leurs salaires déjà très élevés.

Nous mettons le PDG au défi de nous contredire par des preuves et demandons, conformément aux instructions du Ministère du Travail, la réintégration immédiate de nos collègues suspendus et sans salaire depuis 4 mois.

Par crainte de représailles, et de l’injustice nous n’avons pas d’autres choix que de rester dans l’anonymat.

 

Collectif anonyme du Le Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNCA) d’Air Algérie (SNPNCA).