Le prix du pétrole au plus haut niveau depuis 2018

 Algérie –Ce vendredi 24 septembre, les cours du pétrole ont clôturé en hausse pour la quatrième séance d’affilée. Le Brent atteignant même un plus haut en près de trois ans, dans un marché où l’offre va rester durablement insuffisante et la demande est en hausse. Suivez à travers cet article les prix.


Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 78,09 dollars à Londres, en hausse de 1,08% ou 84 cents par rapport à la clôture de jeudi. C’est la plus forte progression de l’or noir depuis le 6 juillet dernier lorsqu’il a atteint 77,84 dollars. C’est son plus haut niveau en clôture depuis le 22 octobre 2018. À New York, le baril de WTI américain pour livraison le même mois a lui aussi progressé, de 0,92% ou 68 cents, pour finir à 73,98 dollars.“Les prix du pétrole ont augmenté ces derniers jours en raison d’un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande”, souligne Naeem Aslam, analyste d’Avatrade, pour qui “l’offre de pétrole n’est pas en mesure de suivre la hausse de la demande”. C’est le cas notamment aux Etats-Unis. L’industrie pétrolière du premier producteur et consommateur de brut au monde subit toujours les effets du passage de l’ouragan Ida dans le Golfe du Mexique et en Louisiane à la fin du mois d’août.

Lire cet article  Vers une hausse des prix du pétrole ?

Au total, “ce sont 30 millions de barils qui n’ont pas été extraits au cours des 28 derniers jours, et la production n’est toujours pas revenue à son niveau normal”, ont calculé les analystes d’UBS. Le Bureau de régulation de l’environnement et de la sécurité (BSEE) a indiqué jeudi qu’encore 16% de la production de brut dans le Golfe du Mexique était interrompue. Les réserves commerciales de pétrole brut dans le pays s’en ressentent. Lors de son point hebdomadaire mercredi, l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) a rendu compte d’une nouvelle diminution, la septième consécutive. Or la demande pétrolière mondiale est en passe de connaître un fort rebond après trois mois de contraction cet été, causée par la résurgence de cas de Covid en Asie, a affirmé l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Lire cet article  Taux de change : la situation du dinars ce lundi 18 octobre

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS