- Advertisement -
Home Non classé À Alger, la traque des réseaux fournisseurs a déjà commencé : La...

À Alger, la traque des réseaux fournisseurs a déjà commencé : La «Flakka», la drogue-zombie qui rend fou

- Advertisement -

Aux États-Unis, le phénomène «Flakka», cette drogue-zombie, ne cesse de prendre de l’ampleur. C’est une drogue de synthèse de la famille des amphétamines, qui génèrent des hallucinations importantes et un sentiment d’invincibilité exacerbé à l’origine de faits divers très violents. Après s’être exportée en France, la «Flakka» arrive en Algérie.

Si l’on suit avec attention l’entrée de cette drogue assassine en Algérie, l’on a certainement fait un zoom sur l’affaire liée au champion national en judo, qui a été jugé et condamné par le tribunal de Bir Mourad Rais, pour détention et commercialisation de la flakka, au niveau de Chevalley. Ce champion des arts martiaux a été intercepté et mis en détention après avoir été dénoncé par des jeunes de Chevalley. L’opération a débuté par l’arrestation de jeunes qui commercialisaient la drogue, et c’est a partir de l’exploitation de leurs aveux que la police aboutit à l’arrestation du champion de judo. Deux années d’emprisonnement avaient été requises à son encontre ; l’affaire devait être renvoyée à la Cour d’Alger. Selon des pharmaciens de la place d’Alger, la flakka n’est pas une drogue naturelle, mais une drogue de synthèse ; c’est-à-dire que ce sont des chimistes qui la fabriquent en labo à partir d’autres composants conjugués pour aboutir à cette forme finale de drogue très violente. Ils expliquent qu’elle fait dormir de longues heures, et au réveil, c’est un personnage violent, voire hyper-violent qui est là, prêt à agir avec des actions très monstrueuses dues à la montée des effets de cette drogue.
Des extraits de vidéos qui font dresser les cheveux sur la tête : un homme sous l’emprise de la flakka qui tente de «violer» un arbre ; une autre qui s’entortille en pleine rue, nue, devant les passants ; un troisième au Maroc qui s’égorge avec son épée devant les policiers venus l’arrêter ; un quatrième qui fonce, aux Etats Unis, sur la voiture de policiers avec une force inouïe en projetant sa tête la première contre le pare-brise, etc. C’est une drogue très dangereuse parce qu’elle génère des bouffées délirantes, des passages à l’acte violent, des comportements suicidaires et criminels contre tout et contre tous ; c’est une drogue désinhibisante qui rejette toutes les frontières, tous les interdits sociaux et religieux. Celui qui prend cette drogue sent ses forces décupler en termes de puissance destructrice et de rejet de toute inhibition.
Cette drogue peut aussi provoquer des envies de cannibalisme, et on a vu une vidéo choquante en Floride, dans le sud-est des Etats-Unis, un jeune homme de 19 ans arrêté par la police sur le lieu d’un double homicide. Il était en train d’arracher avec ses dents des morceaux du visage d’une de ses victimes, tout en poussant des grognements, selon les forces de l’ordre. Le danger de la flakka c’est que c’est une drogue facile à transporter, et ça s’inhale, ça se sniffe, ça se « pique » et ça se fume, comme elle peut être mélangée avec les aliments et mangée ou avec des boissons et bue puisqu’elle se dissout et se dilue facilement. Certains disent qu’elle existe aussi en comprimés. Elle provoque une hyperthermie maligne, qui peut mener au décès brusque de la personne droguée à la flakka, on sent la température du corps monter à 42 degrés, avec des troubles du rythme cardiaque. Sur le plan psychique, on se sent «surhumain », déjà les jeunes algériens preneurs de Rivotril aimaient ce sentiment de puissance et en usaient même devant les policiers, qui trouvaient les pires difficultés à gérer leur arrestation dans les zones urbaines.Parmi ses effets immédiats, des hallucinations très importantes aussi bien auditives que visuelles avec des accès de violence inouïs, plus un effacement total du contact avec la réalité. Selon des médecins occidentaux, qui ont été en contact avec des consommateurs de flakka, ce qui séduit chez elle pour les jeunes consommateurs, c’est le sentiment de transgression et le sentiment d’invincibilité.
La police affirme qu’un jeune ayant pris sa dose de flakka peut alors s’attaquer violemment à trois personnes et plus. Ce produit, qui connaît un pic de consommation aux Etats-Unis et en France, «peut provoquer des états délirants amenant à un passage à l’acte».
A Alger, la police urbaine est sur le qui-vive, car il s’agit de démanteler les réseaux fournisseurs avant que les stocks disponibles ne soient suffisamment fournis pour les consommateurs pour devenir un danger public. Pour l’heure, le risque est circonscrit et le fléau encore dans l’œuf. A moins que…
O.F.

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie

- Advertisement -
- Advertisement -

Stay Connected

16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe

Must Read

- Advertisement -

Related News

- Advertisement -