in

Abdelaziz Belaïd à Mostaganem  : «L’éducation, la santé, la formation et l’université sont les piliers de mon programme» 

Le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, candidat à l’élection présidentielle du douze décembre, a présidé avant-hier, de dix huit heures à dix huit heures trente, un rassemblement des militants et sympathisants de son parti à Mostaganem.

Dans son intervention, expliquant quelques grandes lignes de son programme politique, Abdelaziz Belaïd dira que la situation dans laquelle s’est retrouvée l’Algérie, est le résultat d’une mauvaise gestion et de l’absence des valeurs morales et de corruption à tous les niveaux et ajoute que nous sommes tous responsables à des degrés plus au moins différents. Chaque citoyen a une part de responsabilité. Il faudrait que tous se mettent au travail pour développer l’économie et construire une deuxième Republique, « je ne dirai pas une nouvelle République parce qu’on n’a pas le droit d’effacer d’un trait ce qu’ont fait les anciens », précisera l’orateur. Celui-ci dira que le travail est noble, c’est pourquoi même le diplômé doit travailler dans l’agriculture ou dans un autre secteur en attendant qu’il trouve un poste de travail spécifique à sa formation. En dehors des hydrocarbures, l’Algérie qui est un continent qui recèle d’immenses ressources qu’exploite notre pays, pourrait nourrir quatre cents millions d’habitants. Pour cela, le président du Front El Moustakbal soulignera que s’il est élu, il mettra tout en œuvre pour investir dans le capital humain par le biais de l’école et l’université dont les méthodes pédagogiques seront réformées en vue d’une bonne éducation et d’enseignement.
Parlant de la commune, il rappellera qu’elle est la base de l’édification d’une nouvelle République et la première cellule de l’Etat. Le président de l’APC, élu du peuple, cessera d’être relevé de ses fonctions par le Wali, de même que les délibérations des APC ne seront plus rejetées « si je serais président », dira Abdelaziz Belaïd.
Même le couffin du Ramadhan sera du ressort du président d’APC qui connaît ceux qui y ont droit, et non pas des directions de wilayas de l’action sociale. L’orateur indiquera que le président de la République doit participer aux côtés des citoyens de manière active et non protocolaire à des campagnes de reboisement et autres actions, de même que les Walis et chefs de daïras pour servir d’exemple. Belaïd Abdelaziz précisera que des Institutions solides seront bâties pour l’édification d’une nouvelle République que caractériseront une justice et une justice indépendante. Il précisera que les secteurs de l’Education, la Santé, la Formation professionnelle et l’université sont les piliers de son programme.
Charef.N

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *