Abdelaziz Belaïd est certain : C’est moi le futur président de la République !

13
Source :

Le candidat à la présidentielle et président du Front El-Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, ne rate aucune occasion pour faire l’apologie du commandement de l’armée et reprendre ses arguments pour justifier sa participation au scrutin du 12 décembre.

Dans un entretien au quotidien panarabe paraissant à Londres Al-Charq Al-Awsat, il claironne que «pour la première fois, les Algériens ne savent pas qui sera leur futur Président», en prétendant que l’institution militaire «laissera la voie ouverte aux Algériens pour choisir librement leur Président». Il en veut pour preuve le fait que «les gens, et notamment ceux qui font de la politique, sont égarés, parce que, cette fois-ci, il n’y a pas eu d’injonction» (sic).

Lire aussi  Constantine : Mise en service depuis janvier dernier de 3 nouvelles stations de la 4G-LTE

Ce qui compte le plus pour Abdelaziz Belaïd, c’est que le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd-Salah, «a prêté le serment de ne favoriser aucun candidat» (resic). Il pousse l’outrecuidance jusqu’à dire que le chef de l’armée, «contrairement à une certaine idée reçue, ne s’ingère pas dans le processus politique», et que «ce qu’a fait le chef d’état-major, personne n’a osé le faire». Enumérant les hauts faits d’armes de son mentor, le chef du Front El-Moustakbel cite, sans sourciller, «l’emprisonnement de ceux qui ont détourné l’argent du peuple», avant d’avouer qu’«il ne faut pas attendre d’un militaire qu’il agisse comme un politique».

Lire aussi  Blida :Plus de 30 fugues d’enfants en six mois

Interrogé par le correspondant d’Al-Charq Al-Awsat sur ce qui se dit en coulisses au sujet de l’«adoubement» d’Abdelmadjid Tebboune par le système, Abdelaziz Belaïd lui répond en ces termes : «Je vous donne rendez-vous au lendemain de l’annonce des résultats des élections pour parler de l’avenir du pays !» sûr de lui qu’il sera élu le 12 décembre prochain.

S. N.

Source :

13 Commentaires

  1. التوفيق و النجاح إلى الجزائر اولا و إلى الشعب الجزائري الابي الذي عانى الكثير و أعطى درسا لكل العالم تحيا الجزائر و المجد و الخلود لشهدائنا الأبرار و تحيا الجيش و تحيا القايد صالح و كل من يحب الخير للجزائر و الجزائريين

  2. La béatitude ! Cela me rappelle une citation de Jules César: “Je suis le maître du monde, je le suis, je veux l’être” Ce Belaid me fait honte d’être Batnéen!

  3. Je me pose la question, si nos prétendants auX élections présidentielles ,ne vivent pas dans un monde parallèle.
    Honte à eux!

  4. Chez ces gens là Monsieur !
    Il n’y a rien à espérer …
    ” Si voter changerait quelques choses ils l’auraient interdit depuis longtemps”

  5. Un peu prétentieux le garçon enfin comment on dit Le ridicule ne tue pas donne-moi ton programme d’abord on verra choisis pas avant le peuple au moins tu es une machine à remonter le temps pour voir le futur

  6. Il ne faut surtout pas faire attention a ceux qu’il dit;depuis que le caporal major lui donner l’autorisation de faire le lièvre il se prend pour un lion,certainement il est un grand amateur du pétard Marocain ou le clan d’oujda ont inondé le marché

  7. Monsieur le Moudjahid Bouregaâ pour assurer une transition d’un an, le temps de nettoyer les écuries et organiser des élections libres avec aucune personne ayant appartenu à cette caste.
    Et l’Algérie retrouvera ses lettres de noblesse.

  8. c’est moi le plus royaliste que le roi il est venu de nul part comme un oiseaux qui tombe de la branche d’arbre ou il étais perché vous voulais tous êtres président déjà enlever cette idée de régionaliste de Batna ou fatna ya abdelkader secteur vat faire le garde champêtre dans ton quartier ou va garder les chèvres mal éduquer vandal baratineur

  9. pauvre paumé, toi brisidène, tu peux rêver c’est gratuit.
    si un homme rêve ce n’est qu’un rêve, mais si tes partisans rêvent ensembles c’est le début d’une réalité.
    toi brisidène quand le sel fleurira ou quand les poules auront des dents en or.

  10. A Toutou loggia,
    Et toi ta mère et tes sœurs sont des catins!
    Donc tu es un fils de Catin.
    Dans toute ta famille de harkis,il n’y a personne qui arrive à l’orteil du Moudjahid Bouregaâ.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici