Aïd el-Kebir en France : des musulmans empêchés de sacrifier le mouton

0

La communauté musulmane en fête ce dimanche 11 aoûtl’Aïd el-Kébir. Néanmoins, plusieurs habitants musulmans sont obligés de faire l’impasse sur le rituel du sacrifice du , faute d’un abattoir agréé, révèle Le Parisien.

En effet, plusieurs musulmans en France n’ont pas la possibilité de sacrifier un mouton pour l’. « Beaucoup n’en achètent pas. Ici, pour faire confiance, on veut voir le sacrifice, pas prendre de la viande à l’aveuglette », déclare Mustapha Gauthier, Secrétaire général de la mosquée d’Evry-Courcouronnes, au journal Le Parisien.

Afin de pallier à ce problème, des familles se tournent vers des abattoirs, mais ces derniers sont rares.
En Ile-de-France, cinq abattoirs seulement sont agréés pour ce sacrifice et aucun en Essonne. « On aurait pu créer des abattoirs temporaires, pour que ça se fasse dans les règles, avec des bouchers, des camions frigorifiques… », déplore Farid, habitant ce département au sud de Paris.

Aïd el-Kébir et sacrifices de moutons dans l’illégalité

Face à ces contraintes, des musulmans préfèrent confier leur mouton à une ferme ou une boucherie. Ceux-ci recevront donc la viande à domicile, sans pour autant assister au sacrifice. Toutefois, certains musulmans préfèrent réaliser eux-mêmes le sacrifice à domicile. C’est le cas de Mohammed, qui prend le risque d’égorger lui-même son mouton dans son jardin en dépit de l’illégalité. « Je fais ça discrètement » révèle-t-il, avant d’ajouter : « je ne fais pas confiance au boucher. Si je ne vois pas les murs tachés de sang, ce n’est pas vraiment l’Aïd ».

Le sacrifice d’un animal en souvenir de celui d’Ibrahim est une tradition de l’Aïd el-Kébir. Celle-ci requiert que le chef de famille sacrifie l’animal. Cette fête musulmane est également marquée par le pèlerinage (hajj) qui se tient cette année du 9 au 14 août, en Arabie Saoudite.

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here