CCI DE MOSTAGANEM : Rencontre banquiers-opérateurs économiques

0
Source :

Des opérateurs économiques et des responsables d’agences de banques privées et publiques se sont rencontrés mercredi dernier, à l’initiative des responsables de la chambre de commerce et d’industrie de Mostaganem pour tenter de booster le secteur économique dans la wilaya par le recours de crédits et d’accompagnement.

Un représentant des douanes, la direction de wilaya des impôts ont assisté à cette rencontre. Intervenant en premier, Douhal Belkacem, vice doyen de la faculté des sciences économiques de l’université de Mostaganem, définira de façon académique l’économie, les étapes qu’elle a traversées. Il a également déclaré par de la richesse que les entreprises engendrent, tout en évoquant la contribution de l’Etat. Le deuxième intervenant, Laâla Boukhalfa expert en agronomie animera une courte conférence portant sur la part de l’industrie agroalimentaire pour fortifier l’économie dans la wilaya de Mostaganem.

A cet effet, il préconisera que compte tenu de vocation agricole, produisant d’énormes quantités de pomme de terre et de tomates, la création d’unités de transformations. Ensuite, le directeur de l’agence de la banque privée « société générale Algérie » dira que cet établissement financier possède à travers l’Algérie 91 agences employant mille cinq cents personnes et comptant plus de quatre cent mille clients. Selon son responsable au niveau local, cette banque accorde des crédits relatifs à l’exploitation à l’investissement. La directrice de l’agence d’Oran de l’établissement financier privé « Maghreb –Leasing Algérie » dira que celui-ci s’est installé en Algérie en 2006 avec un capital social de trois milliards cinq cent millions de dinars. Douze agences de Maghreb leasing Algérie sont actives dans des wilayas dont Mostaganem. L’intervenante évoquera les crédits bails qui peuvent être accordés aux opérateurs économiques, aux investisseurs, aux professions libérales comme celles liées aux secteurs de la santé, de la pharmacie. Des avantages en matière d’exonération fiscale, de TVA sont accordés aux bénéficiaires de crédits bails . Quatre mille clients ont bénéficié de crédits –bail.

Lire aussi  Bengrina, un prétendant à la présidence qui ignore la loi

L’étude d’une demande de crédits est étudiée en un temps record, 48 heures à cinq jours et le ok est donné aux dossiers acceptés. Le crédit bail est accordé de suite. La direction de l’agence locale ABC et le directeur de la banque locale ACP sont intervenus pour expliquer les facilités accordées aux demandeurs de crédits. Il est à souligner que pour les grands projets, les banques privées peuvent s’associer pour un montage financier pour l’attribution d’un crédit à un investisseur. Trois autres directeurs locaux des banques publiques, présents à la dite rencontre qui n’ont pas intervenu, accordent des crédits aux investisseurs, selon les déclarations faites par le président de la chambre de commerce et d’industrie. La directrice de wilaya du tourisme et de l’artisanat est intervenue pour brosser un tableau de son secteur. Elle dira que vingt projets touristiques sont en cours de réalisation et que plusieurs sont en souffrance faute de ressources financières d’où les banques peuvent intervenir pour relancer les travaux.

Lire aussi  Intempéries : retour de la neige à partir de mardi prochain sur les régions du Nord

Dans les débats, certains membres de l’assistance ont évoqué que les banques, notamment du secteur public qui font montre d’une lenteur doivent faire l’objet de réformes pour répondre à la réalité des besoins. D’autres pour ne pas dire tous reconnaissent que l’économie algérienne est dans le rouge, mais toutefois sont optimistes plus en moins sur un horizon assez long car beaucoup des choses sont envisageables dans un contexte politique différent dont les contours sont en train de se dessiner. Evidement, la volonté politique, la confiance et la compétence sont réunis pour construire un programme de réformes économiques sur une période à court terme. Cependant, seules des mesures conjointes et cohérentes pourront relancer et redynamiser l’activité économique. La bonne gouvernance est une condition sine qua non pour toute réussite. Ainsi, il faudrait encourager et faciliter la création d’entreprises et inciter les innovations et les initiatives, surtout technologiques et méthodologiques.

Signalons que grâce au mouvement populaire révolutionnaire qui se poursuit depuis le vingt deux février de cette année, qui revendique un changement radical et l’instauration d’une nouvelle république, des chantiers seront organisés pour des réformes profondes afin de trouver des solutions à chaque secteur de l’activité humaine pour les réhabiliter et redynamiser. Une stratégie doit être élaborée et mise en pratique en vue de rétablir des équilibres financiers.

 

Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici