Grand ménage à la DGSN

3

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) vient d’être touchée par un mouvement inédit et qui a concerné la pyramide de son organigramme, allant des chefs de sûreté de wilaya jusqu’aux postes les plus sensibles de cette institution sécuritaire qui, depuis le limogeage, en 2018, du général-major Abdelghani Hamel, a consommé trois patrons et des dizaines de hauts cadres, dont la grande majorité a été débarquée. En effet, un nouveau changement en deux temps a été opéré par le chef de l’État, Abdelkader Bensalah.

Le premier s’est produit dimanche, alors que le second a été annoncé le lendemain, soit le jour même de la tenue du Conseil des ministres. Ce dernier a touché des cadres supérieurs de l’administration centrale de la DGSN et pas des moindres. Selon un communiqué, rendu public tard dans la soirée de lundi par la présidence de la République, ce changement a touché 11 postes de responsabilité.

À commencer par l’Inspection générale des services (IGS) confiée à Djamel Benderradji, la Direction de la police des frontières (DPF) dont la charge sera assurée par Mohamed Noui Sifi et la Direction de la Police judiciaire (DPJ), qui sera désormais dirigée par Arezki Hadj Saïd. Selon la même source, la Direction des renseignements généraux (DRG) sera assurée par Benyettou Benziane, alors que Si Mohand Mohamed Saïd dirigera la Direction de la police générale (DPG) en plus de la Direction de l’administration générale (DAG) qui est confiée à Fouad Sib.

Lire aussi
Le montant de Zakat el Fitr fixé à 120 DA

La direction des études, chef de cabinet du DGSN, confiée à Mohamed Adjouadi, n’a pas été épargnée par ce mouvement qui a également touché l’enseignement et la formation. En effet, Mohamed Malek assurera la gestion de la Direction des études et de l’enseignement des écoles, alors que la Direction des études, chargée de l’École supérieure de police de Châteauneuf, est confiée à Ali Faragh.

Enfin, ce mouvement a aussi touché la direction adjointe aux équipements et la direction adjointe du personnel, confiées respectivement à Ahmed Bourabia et Abdelkader Mostefaoui. Seulement cinq directions ont été épargnées par ce changement, dont les deux directions les plus névralgiques, en l’occurrence la sécurité publique (DSP) et la ressource humaine (DRH).

La veille, M. Bensalah avait opéré un mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya, ayant touché 40 postes, conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution qui confère le plein pouvoir au président de nommer les responsables des organes de sécurité. Seuls huit chefs de sûreté de wilaya, dont celui d’Alger, Mohamed Bettache, ont été épargnés par ce plan d’action décidé en haut lieu.

Lire aussi
Huileries pour la campagne oléicole

À quoi obéit ce nouveau mouvement qui intervient la première semaine de la rentrée sociale, sachant qu’un plan d’action d’une telle envergure s’opère généralement durant la saison estivale ? Ces nominations ont-elles été opérées sur proposition du nouveau patron de la DGSN, le commissaire divisionnaire Khelifa Ounissi ? Ce sont autant de questions qui restent posées et auxquelles le communiqué de la présidence de la République n’a apporté aucune réponse, d’autant que ce mouvement intervient dans une conjoncture extrêmement sensible.

Une chose est sûre, il faudra s’attendre à des changements en profondeur au sein de la DGSN et qui pourraient toucher d’autres structures, comme les sûretés de daïra, les sûretés urbaines ou encore les directions et les services annexes. Rappelons, enfin, que le dernier mouvement opéré a concerné le patron de la DGSN, Abdelkader Kara Bouhadba, limogé par le chef de l’État six mois seulement après avoir succédé à Mustapha El-Habiri.
FARID BELGACEM

3 Commentaires

  1. Que celui qui n’est pas convaincu par la tache surhumaine et exaltante qui l’attend, dégage ! Il s’agit de purifier le corps des grands commis de l’état et leur apprendre de nouveaux concepts: Le fonctionnaire est au service du peuple souverain et non le contraire ! Les biens de l’état ne sont pas faits pour se servir mais pour préserver le bien commun et le faire fructifier pour tous et non pas que pour quelques uns !

  2. logiquement c’est ce qui dois êtres respecter l’administration aux service de l’état est des citoyens certains employers responsable de leurs travail que leurs collègue fons a leurs place est eux préfère faire les patron employeurs des d’aira comme celle de Tlemcen les plus royalistes que le roi qui corrompre le peuple est profites de tous ce qui ce présente a eux en usants du pouvoir cela avec malice.

  3. Même avec le Karcher le plus puissant du globe impossible d’éradiquer la corruption et la trahison dans ce pays, elles est ancrées dans leurs gènes de fils d’ex collabos et traîtres, à L’époque du colonialisme c’était eux qui avaient le droit d’étudier et maintenant ils prennent les postes clés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici