La rencontre avec le RCD créer un conflit au FFS: Ali Laskri désavoue Hakim Belahcel

1

La rencontre avec le RCD créer un conflit au FFS: Ali Laskri désavoue Hakim Belahcel

DIA-21 juin 2019: Décidément rien ne va plus au FFS, plus dix jours après la rencontre inédite avec le RCD, l’instance présentielle du FFS réagit par une mise au point virulente dans laquelle, Ali Laskri désavoue son secrétaire national Hakim Belahcel, qui avait conduit la délégation du FFS au siège du RCD. Voici le texte complet de la mise au point signée Ali Laskri: 

L’Instance Présidentielle du FFS déclare que le communiqué diffusé dans un organe de presse, au nom de l’Instance, n’émane pas de l’Instance Présidentielle présidée collégialement par MM Ali Laskri, Mohand Amokrane Cherifi et Brahim Meziani.

L’Instance Présidentielle apporte un démenti formel à l’information véhiculée par ce communiqué dont l’auteur n’est pas habilité par les statuts du parti à s’exprimer au nom de l’Instance Présidentielle.

L’Instance Présidentielle souligne que, contrairement à ce que rapporte ce communiqué, la rencontre entre le FFS et le RCD n’est pas une initiative personnelle du Premier Secrétaire National Hakim Belahcel. Cette rencontre a bien eu lieu, et ce, selon les orientations du Conseil National du 17 mai et s’inscrit dans le cadre des consultations menées avec des représentants des partis politiques et de la société civile ainsi qu’avec des personnalités nationales, visant à rassembler tous les acteurs concernés sans exclusive pour sortir le pays de la crise.

L’Instance Présidentielle précise également que l’appel lancé par l’auteur de ce communiqué pour la tenue d’une réunion du Conseil National du Parti n’est pas légal car seule l’Instance Présidentielle dans sa majorité a mandat statutaire de convoquer une telle réunion. Mais si une telle réunion venait à se tenir en violation flagrante des statuts du Parti, ses résolutions seraient naturellement et juridiquement frappées de nullité.

L’Instance Présidentielle considère qu’il s’agit là d’un travail fractionnel visant, pour des desseins inavoués, à porter atteinte à l’unité du parti, à entraver son action d’accompagnement du mouvement citoyen, et à faire échec à son initiative politique de sortie de crise.

L’Instance Présidentielle rend hommage aux médias et aux journalistes qui respectent les règles d’éthique et de déontologie de leur métier, en vérifiant la fiabilité de leur source d’information et la véracité de son contenu avant toute publication. 

Source : Dia Algerie

Lire aussi  Mostaganem :Démantèlement de deux réseaux d’émigration clandestine

1 COMMENTAIRE

  1. Si les partis, mouvements, associations et autres syndicats étaient capables de s’entendre pour faire partir ce pouvoir on l’aurait su! Cette intrusion prématurée du politique dans la révolution populaire est un obstacle à l’objectif du hirak qui veut d’abord le départ du pouvoir par impossibilité d’élections et non un dialogue avec lui. leurs discordes, leur course au leadership, leur concurrence pour se donner des avantages médiatiques ou de popularité en vue des élections futures, leurs alliances contre nature…tout cela n’est que de la politique partisane. Qu’ils aient la décence d’attendre des élections libres pour faire campagne et nous montrer leurs programmes au lieu de magouiller dans notre dos et sur notre dos. Lorsque lis un A. Merad qui écrit dans sa chronique dans El Watan que “le mouvement insurrectionnel s’est imposé comme une force citoyenne incontestable, l’idéal est qu’il se transforme en force politique conquérante en prévision des campagnes électorales à venir” je me rend compte à quel point même les intellectuels ont du mal à comprendre le sens de notre mouvement. Nous ne voulons pas être une force politique, nous voulons que chacun ait la possibilité de choisir en toute équité et transparence celui dont le programme lui agréera, et pour cela le pouvoir dot d’abord partir et la transition gérée par des personnalités neutres et sans ambition politique, point. Nous avons mis toutes nos sensibilités de côté, malgré les tentatives de division du pouvoir, ce n’est pas pour laisser des activistes ou des partis détruire ce mouvement en l’écartelant comme une couverture que l’on veut tirer à soi. Nous savons très bien qu’ils ne sont motivés que par leurs ambitions politiques et s’ils sont prêts à se se battre entre eux pour une question de popularité , alors quelles concessions secrètes ne seraient-ils pas capables de faire au pouvoir pour un poste de président!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici