Les précisions de l’ONDA au sujet de l’origine de l’hymne national «QASSAMAN»

1

Les précisions de l’ONDA au sujet de l’origine de l’hymne national «QASSAMAN»

DIA-10 juillet 2019: L’Institut National Supérieur de Musique (INSM) porte le nom de l’Artiste pluridisciplinaire Mohamed FAWZI à qui le Front de Libération Nationale (FLN) a commandé, au plus fort de la Guerre de Libération Nationale, la musique de Qassaman, arrangée par la suite par le militant et compositeur HAROUN Rachid et dont le texte est écrit par l’Auteur et militant de la cause nationale MOUFDI ZAKARIA.

Ce moment particulier nous donne l’occasion pour souligner que cette opération s’inscrit dans le prolongement direct et dans l’aboutissement final du véritable basculement du statut de l’hymne national Qassaman.

Ce basculement qui, faut-il le rappeler, trouve son origine dans la révision constitutionnelle de novembre 2008, s’est traduit par la modification radicale du régime juridique de Qassaman, poème et musique, grâce à deux amendements majeurs introduits dans le texte suprême du pays. Le premier, à hauteur de l’article 5, constitutionnalise, et de manière indissociable, l’emblème national et l’hymne national avec des termes particulièrement forts en les qualifiant de «conquêtes de la Révolution du 1er novembre 1954.» et en en soulignant le caractère immuable. Cette immutabilité est attestée par le second amendement, qui porte sur l’article 178.
Cet article élève Qassaman au rang de norme supra constitutionnelle, insusceptible de faire l’objet de révision constitutionnelle tout comme les six autres déjà consacrés comme tels depuis longtemps, comme le caractère républicain de l’Etat…….

Par ces deux amendements, le constituant a entendu rendre justice à un symbole, à la fois constitutif du patrimoine commun de tous les algériens et trait d’union entre les générations passées et celles qui sont en devenir. La constitutionnalisation vise, d’une part, à offrir la meilleure protection possible à Qassaman, poème et musique, et à le consacrer comme repère de la Nation toute entière et, d’autre part, à en garantir la pérennité et la sauvegarde à travers les temps et les générations.

Cette constitutionnalisation en a fait un principe supérieur impératif intangible, imprescriptible, indérogeable et donc absolu. Elle est l’illustration et la traduction de l’exceptionnel consensus réalisé autour de Qassaman, jamais aussi ressenti et ,aussi pressenti que par l’initiateur de la révision constitutionnelle de 2008.

Par ailleurs il convient de préciser que si les droits patrimoniaux de cette œuvre ont été gérés par l’ancienne société française exerçant à l’époque en Algérie SACEM, conséquence de l’absence dans les années 60 d’un organisme national similaire l ONDA étant né en 1973, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

En effet, aujourd’hui l’Office National des Droits d’Auteurs et Droits Voisins est désormais gérant exclusif pour le compte de l’Etat Algérien de l’Hymne National Qassaman.

De plus les ayants droit de l’auteur MOUFDI ZAKARIA militant de la cause nationale, et du compositeur MOHAMED FAWZI ont répondu sans hésitation à la demande de l’ONDA pour que la propriété de cette œuvre de commande de la Révolution Algérienne, revienne en toute exclusivité à l’Etat Algérien.

 

Source : Dia Algerie

1 COMMENT

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here