Présence de malades mentaux au Centre pour personnes âgées de Sidi Moussa : Bientôt un rapport détaillé du CNDH

0

La présidente du Conseil national des droits de  l’Homme (CNDH), Benzerrouki Fafa Sidi Lakhdar a promis, jeudi à Alger,  d’établir un «rapport détaillé» sur la situation au Centre pour personnes  âgées de Sidi Moussa, après y avoir constaté la présence de malades  mentaux.

«Il n’est pas normal qu’un centre pour personnes âgées abrite des malades  mentaux, cette situation est illégale. C’est une défaillance que nous  devons relever», a déclaré Mme Benzerrouki, à l’occasion de sa visite au  Centre de vieillesse de Sidi Moussa (est d’Alger), pour célébrer avec ses  occupants la journée internationale qui leur est dédiée le 1er octobre de  chaque année. Elle a promis d’établir un «rapport détaillé» et le remettre au  Gouvernement pour prendre les mesures nécessaires.
La directrice de l’établissement, Mme Naïma Balhi a souligné que ces  services ont tenté, depuis des années, de remédier à cette situation,  notamment après l’adoption de la loi protégeant les personnes âgées, «mais  vainement», expliquant que cela n’est pas propre au Centre de Sidi Moussa,  le plus grand en Algérie avec ses 12 hectares.  Elle a précisé, toutefois, que ces malades sont «inoffensifs», mais leur  place est dans une structure de santé pour une meilleure prise en charge.
«Le Centre qui a ouvert ses portes juste après l’indépendance, accueille,  actuellement, 97 pensionnaires dont 23 femmes. La tranche d’âge de ces  personnes varie entre 25 et 70 ans», a-t-elle précisé, déplorant l’absence  «totale» de paramédicaux, qui s’avère être un obstacle pour la réalisation  de leur mission vu la présence de personnes aux besoins spécifiques.
Pour sa part, la présidente du CNDH a regretté, dans une déclaration à la  presse, «la présence, malheureusement, de jeunes et de malades mentaux qui  devraient être dans des centres spécialisés, ainsi que l’inexistence d’une  cellule de gériatrie». Mme Benzerrouki n’a pas manqué de «saluer», à l’occasion, la décision du  Gouvernement d’augmenter à 10.000 da, la prime forfaitaire attribuée aux  handicapés à 100%.

 

Lire aussi  Les habitants redoutent le pire

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici