Produits psychotropes destinés à des fins médicales : Le dossier pris en charge et transmis aux ministères concernés

0

Le ministre de la Santé, de la Population et de  la Réforme hospitalière, Mohamed Meraoui, a déclaré dimanche à partir de  Chlef, que le dossier relatif à la liste des produits psychotropes destinés  à des fins médicales a été pris en charge, et que des correspondances, à ce  sujet, ont été transmises aux ministères de la Justice, de la Défense  nationale et de l’Intérieur.

«Le dossier a été pris en charge et la liste des psychotropes destinés à  des fins médicales a été transmise aux ministères de la Justice, de la  Défense nationale et de l’Intérieur, dans l’attente de la promulgation des  textes de loi organisant ce secteur», a indiqué Mohamed Meraoui dans sa  réponse à une question d’un professionnel du secteur, à propos de la  publication de cette liste, lors d’une rencontre l’ayant réuni avec les  cadres du secteur à l’issue d’une visite de travail dans la wilaya. Le ministre a affirmé la prise en charge de ce dossier, suite à la  rencontre ayant réuni ses services avec le Syndicat national algérien des  pharmaciens d’officines (SNAPO) et le Conseil de l’ordre des pharmaciens,  dans l’attente, a-t-il dit, de la promulgation des articles annexes portant  liste nominative des psychotropes destinés à des fins sanitaires, suivant  le décret de loi relatif à ces produits, promulgué en 2015.
A noter que les pharmaciens d’officines avaient déclenché, le 20 mai  dernier, un mouvement de grève après que certains d’entre eux aient fait  l’objet de poursuites judiciaires en relation avec le classement de  certains médicaments (vendus par eux) «dans la liste des produits  psychotropes sanctionnés par la Loi». Ils ont notamment revendiqué la  réactualisation de cette liste et la révision de la loi régissant la vente  de ce type de produits. Durant cette réunion ayant donné lieu à un exposé inhérent aux  préoccupations des professionnels du secteur local de la santé, le ministre  a également recommandé l’»activation du rôle des conseils médicaux et leur  collaboration effective avec tous les acteurs concernés, tant au niveau des  établissements publics que privés», a-t-il relevé.
Mohamed Meraoui qui a tenu à rassurer quant à la «disponibilité des moyens  pour le financement de la totalité des projets en réalisation», s’est  montré satisfait quant à la qualité des structures de santé de la wilaya,  non sans lancer un appel en vue de consolider les efforts de tous les  partenaires du secteur en vue de réaliser un pôle régional de santé. D’autres recommandations ont été émises par le ministre lors de cette  rencontre, parmi lesquelles le lancement d’avis d’appels d’offres pour  l’équipement des établissements de santé, prévus prochainement à la  réception, l’envoi d’une commission d’enquête par l’Agence nationale du  sang, accorder la priorité de la formation aux sages-femmes, aux infirmiers  anesthésistes et aux aides médicaux et, enfin, l’intégration du secteur  privé dans le système de permanence médicale et la promotion de l’école de  formation paramédicale de la cité Ben Souna en un Institut régional.
«Il faut réactiver la carte du secteur à l’échelle locale en vue de la  mettre au diapason des aspirations du citoyen, d’abord par la promotion de  la santé de proximité, en vue de son intégration future dans un système  régional puis national», a plaidé M. Meraoui. Le ministre de la Santé a souligné, à ce propos, la nécessité de revoir la  stratégie sanitaire car, a-t-il dit, «ni le citoyen est satisfait, encore  moins les professionnels du secteur», recommandant de ce fait de conjuguer  les efforts de tout un chacun pour relancer le secteur national de la santé  «dans le but de garantir des prestations sanitaires de qualité aux citoyens».
Durant sa visite à Chlef, le ministre a inspecté le chantier du projet du  service des urgences médicales de l’hôpital de Chorfa, dont il a recommandé  l’équipement et la mise en service «dans un délai d’un mois et demi». Il s’est également rendu sur le chantier du projet du centre anti cancer  qui accuse un grand retard dans sa réalisation. Sur place, M. Meraoui a instruit les responsable du nécessaire respect des  délais de réception du projet programmé pour le deuxième trimestre de  l’année prochaine. Il a aussi recommandé d’accorder la priorité à la réalisation du service  de radiothérapie, eu égard au fait que l’hôpital des «sœurs Bedj» est  spécialisé dans la chimiothérapie.

Source : ouestribune-dz

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here