Quelle stratégie pour Tebboune ?

3

Première sortie médiatique de Abdelmadjid Tebboune. Le candidat à la candidature a choisi pour la circonstance une rencontre « restreinte » avec la presse. Objectif : se placer dans la posture du candidat «indépendant ». Nawal Imès – Alger (Le Soir) – L’annonce de son intention de se présenter candidat avait suscité beaucoup d’interrogations. Abdelmadjid Tebboune tente de lever les zones d’ombre mais, surtout, de se défaire de l’image qui lui colle à la peau de « candidat du système ».

De ses cinquante années « au service de l’Etat », l’opinion publique retient essentiellement son passage au niveau de la chefferie du gouvernement sous le règne de l’ancien Président. Une image qui, par ces temps de mouvement populaire, devrait être difficile à assumer. Tebboune, plutôt que d’en faire un handicap, veut en faire un atout. Comment ? En insistant sur un parcours qui, dit-il, ne doit en aucun cas être associé à une figure, à savoir celle de l’ancien Président. Tebboune prend clairement ses distances en insistant sur des positions qu’il a eu à adopter en tant que Premier ministre. Cela sera-t-il suffisant pour convaincre une rue hostile à toute élection dans les conditions actuelles ? Rien n’est moins sûr.

Lire aussi  Hasbellaoui reconnaît de graves défaillances : La mauvaise gestion pointée du doigt

Hier, et au moment même où Tebboune s’exprimait, des centaines d’étudiants étaient dans la rue face à un dispositif sécuritaire très renforcé. Un seul mot d’ordre : pas d’éléctions.
Le candidat à la candidature, refusant de commenter les décisions de justice qui concernent les manifestants arrêtés massivement, ne semble pas partager l’avis de la rue. Pour lui, les élections sont la voie de salut. Elles sont même, dit-il, une réponse à une des revendications de la rue qui consiste à redonner la parole au peuple. De quelle stratégie usera-t-il pour convaincre les plus récalcitrants ?

Abdelmadjid Tebboune dévoile quelques pans de sa stratégie de campagne. Il se veut le candidat de ceux qui ont insisté pour qu’il le soit sans aucune allégeance à aucune partie. Au-delà du programme électoral qu’il aura à développer sur les plans politique et économique, c’est surtout au changement de l’image qu’il renvoie qu’il devra déployer beaucoup d’énergie. Il n’ignore certainement pas qu’au lendemain de l’annonce de son intention de se présenter, des slogans hostiles ont été scandés dans la rue pour dire non aux candidatures d’anciennes figures du système.

Lire aussi  Le prix du pétrole remonte suite à un tweet colérique de Trump contre l’OPEP

Les Algériens veulent un changement radical de système. Ils le clament tous les vendredi et mardi à travers des marches populaires. Abdelmadjid Tebboune, en se portant candidat, sait à quel point la tâche s’avère ardue dans un contexte politique des plus tendus.

N. I.

3 Commentaires

  1. des centaine d’étudiants qui, dans leur majorité ne sont pas des étudiants, ne vont pas décider ce qu’il faut faire ou ce qu’il ne faut pas faire. Pour moi le hirak c’est terminé avec la chut de Bouteflika et la mise en prison des tête pensante de son système mafieux. les miettes qui restent de son système n’a plus d’impacte sur le déroulement des éventements à part peut être d’essayer de manipuler ceux qui continuent à sortir par des slogans tendancieux. La majorité des algériens sont contents de la tournure des événements et son conscients que la solution réside dans l’élection d’un président de façon propre et transparente. Quand à la minorité restante elle ne représente rien du tout et croie qu’en brassant du vent elle va provoquer une tempête

  2. Nabil, tu sors d’ou ? tu es un parent de Tebboune ? Le peuple dit qu’il ne veut pas d’élections dans les conditions actuelles. Il ne veut ni de Benflis, ni de Tebboune, et ce dernier dit qu’il est le candidat du peuple ?
    Tous ceux qui se présentent, n’ont manifesté aucune compassion pour les détenus politiques et ils se disent avec le peuple ? Ils nous prennent pour des abrutis. En tout cas, le système va finir par s’écrouler, et ces traitres (Benflis, Tebboune, Younes, Charfi) n’auront plus qu’à s’éxiler avec le sergent aux emirats

  3. je ne suis parent de personne et toi tu ne représentes pas le peuple. Ton discours est du copier coller à ce qui ce dit sur les réseaux sociaux. Je te conseil de te poser les bonnes questions et de faire un recoupement d’informations puis d’analyser tous ca.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici