Affaire Metidji : les dépenses faramineuses de Hocine Mansour

Algérie –Le procès de Hocine Mansour Metidji s’est ouvert ce mardi au tribunal Sidi M’hamed d’Alger. En effet, il est poursuivi pour corruption, violation de la loi, règlement pour la distribution d’indus avantages et trafic d’infuence. Dans cette affaire, sont aussi poursuivis : sa famille, et plusieurs anciens dignitaires de l’Etat. 

L’homme d’affaires, Hocine Mansour Metidji, propriétaire de la Holding familiale spécialisée essentiellement dans les minoteries et la production de pâtes alimentaires, a été interrogé, ce mardi, par le juge du pôle spécialisé du tribunal de Sidi M’hamed. Le Groupe, qui a pu acheter et rénover deux minoteries publiques, l’une à Sig (les Moulins de Chorfa, à Mascara) et une autre à Tiaret (les Moulins de Dahra), quand la politique du gouvernement voulait privatiser des entreprises publiques, fait aujourd’hui face à diverses accusations.

8000 milliards de dinars pour une rénovation

Dans ses interventions, Mansour Metidji a fait savoir qu’il a acheté les minoteries, jadis étatiques, de EPE ERIAD SBA, alors qu’elles n’étaient qu’un tas de ferraille, et que ça lui a couté plus de 8.000 milliards de dinars pour les rénover et les remettre en état de marche. Cependant, il y a un hic. Metidji affirme que le contrat qu’il a signé avant de mettre ses 8.000 milliards sur le tapis, incluait de garder les privilèges que l’État accordait aux entreprises publiques, à savoir utiliser 100% de blé subventionné par l’État.

Lire aussi :
Abdelmadjid Tebboune adresse un message au roi saoudien

« Monsieur le Président, après avoir fait ce gros investissement, j’ai été surpris de voire mes parts réduites….au motif que l’usine était devenue privée », déplore l’accusé ajoutant que « dans le cadre de son achat, il a mené une étude technico-commerciale partant du principe que ces moulins bénéficient de 100 % des parts ».

La fille du principal accusé, elle-même mise en cause dans une autre affaire concernant un terrain, a également été interrogée par le juge. Elle assure que ce lopin de terre situé à Cheraga, était destiné à bâtir un laboratoire de recherches sur l’immunité. Un labo qui aurait pu faire la différence aujourd’hui en Algérie, face à la crise sanitaire du coronavirus, lâche la mise en cause, selon ses déclarations rapportées par le journal arabophone Echourouk.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL