AHMED BENBITOUR SOUTIENT LE PASSAGE VERS UNE PÉRIODE DE TRANSITION : «L’institution militaire doit écouter les revendications du peuple»

0

L’ex-chef de gouvernement et éminent économiste, Ahmed Benbitour s’est exprimé, hier, sur les éventuelles solutions de sortie de crise politique que traverse l’Algérie ces derniers temps, il a relevé que « l’institution militaire doit tout simplement écouter les revendications des citoyens qui insistent sur l’obligation de se diriger vers une période de transition, sans les partisans du système politique toujours en place, afin de préparer convenablement les conditions idéales pour l’organisation des élections présidentielles transparentes », a-t-il soutenu, lors de son passage à une émission diffusée sur une chaîne de télévision satellitaire.

«Dans le prochain discours du chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah devrait surtout dire que l’ANP accepte pour qu’il y ait une période de transition, sans qu’elle soit organisée par les anciennes figures de l’ancien pouvoir. » Considérant que ce régime n’est pas apte à sortir le pays de la crise. En terme clair, Ahmed Benbitour dira que «le système de gouvernance qui a conduit le pays à cette situation ne peut ni gérer la période de transition, ni organiser une élection présidentielle, dans les délais arrêtés, raison pour laquelle nous devons nous diriger vers une période de transition. Le peuple a dit non aux élections du 04 juillet prochain, donc il viendra le jour où l’institution militaire annoncera d’aller vers une période de transition, et ce que je souhaite vivement », prévoit-il. « Une période de transition est inévitable », a asséné Ahmed Benbitour, insistant sur une «démocratie participative». Pour ce qui est de l’incapacité de l’opposition de trouver une solution consensuelle afin de sortir de cette crise, l’ancien chef de gouvernement dira qu’« aujourd’hui, on est dans la voie pour sortir de cette crise politique, grâce à la pression que le peuple a exercé sur le pouvoir, depuis le 22 février dernier. » Soulignant que « le souci majeur des partis de l’opposition demeure dans ses idées qui ne sont pas unanimes. Dans des conditions exceptionnelles similaires, l’opposition ne peut pas prendre de déscisions décisives et concluantes, puisque le vrai problème réside aujourd’hui entre le gouvernement actuel et le peuple. » En outre, lors de son intervention, hier, Benbitour a rappelé que « la majorité des Algériens et Algériennes refusent qu’il y ait des élections le 04 juillet prochain », dans ce sillage, l’ancien chef de gouvernement prévoit que « dans les prochains jours, il serrait possible qu’il y ait une décision sur l’organisation de la période de transition. » Il suppose que « cette décision pourrait-être annoncée par le chef de l’État intérimaire, Abdelkader Bensalah, avant que l’institution militaire soit pour cette idée. » « Nous avons besoin d’une période de transition pour préparer les conditions idéales pour l’organisation de l’élection présidentielle transparente, mais la période de transition à besoin de deux choses importantes: Nommer un gouvernement de transition pour la gestion des affaires courantes du pays, mais devra se charger de la préparation d’une feuille de route pour l’après-élection présidentielle, avec laquelle, travaillera le président qui sera élu », a-t-il expliqué.
Med Wali

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here