Ahmed Benbitour tire la sonnette d’alarme

4

Ahmed Benbitour, ancien chef du gouvernement, presse le pouvoir et le mouvement populaire à trouver une solution à la crise, qui frappe le pays depuis plusieurs semaines. Il tire la sonnette d’alarme.

« Il est indispensable, dans les plus brefs délais, pour le mouvement populaire de désigner ses représentants et de se doter d’un programme capable de sortir le pays de la crise. Le régime doit comprendre qu’il doit négocier avec la rue et la rue doit comprendre qu’elle doit négocier avec le pouvoir, pour changer le régime et non pas les personnes », a-t-il soutenu, dans un entretien à la Radio nationale.

Pour lui, le temps presse et la crise économique s’approche à grands pas, en soulignant qu’à partir de 2021, l’Algérie « n’aura plus de réserves de change » pour couvrir le déficit de sa balance des paiements. Il a précisé que la facture des importations est passée de « 12 milliards de dollars en 2001 à 68 milliards en 2014 ».

« Le déficit commercial a été couvert par les réserves de change. À partir de 2021, il n’y a plus de réserves de change. On n’aura pas les moyens pour importer sachant que nous importons 75% des calories que nous consommons.  Le plus grand problème est de gérer la période entre 2021 et 2024 », a mis en garde Benbitour.

Pour lui, la rue est toujours en colère en raison de la non-application des articles 7 et 8 de la Constitution. Un rappel à Gaid Salah  qui s’est engagé publiquement le 30 mars et le 2 avril en faveur de l’application des articles 102, 7 et 8 de la Constitution. « Pour le moment, on a assisté à l’application de l’article 102. Il faut activer les 7 et 8 de la Constitution », a-t-il réclamé.

4 COMMENTS

  1. De Gaulle en 1968 négocia avec la rue et instaura le Grenelle. Le gouvernement algérien, lui, a opté pour la grenaille

  2. Vous êtes toujours là pour donner des leçons de moralité aux autres nations votre idéologie a fait faillite le socialisme c’est une supercherie c’est arriver à la limite

  3. Non pas question aucune négociation avec cette mafia qui a dépouillée sont peuple gaid salah leur ange gardien et complice sera poursuivie et chaque voleurs sera poursuivie même choses pour leurs progéniture l’algerien ne reculerra le peuple la décidé y’a ni gaid ni zbires le pouvoir à nôtre jeunesses algériennes

  4. Le peuple à choisi ces représentant seulement le système ne veux pas deux, il insiste toujours sur ces positions à se maintenir sur le pouvoir, parmais les personnes choisie ont trouve Monsieur Ahmed Benbitour, Mustapha Bouchachi, Karim Tabou, Soufiane Djilali, Nacer djabi, foudil boumala, Mohamed Hadi chamanisme, Mokrane Ait Larbi, abdelghani Badi, Fatiha benabou, Zoubida assoul est bien sûr beaucoup d’autres personnes capables de relevé le défi et dirigé l’Algérie pendant la période de transition, le problème réside dans le système lui-même qui n’est pas prêt a cédé le pouvoir, alors moi en tanque citoyens algériens soucieux de l’avenir du pays je préconise d’aller vers un autre moyens de contestation et de monté un peu la pression, par exemple sortirent dans les boulevards d’Alger et resté sur place jour et nuit pendant plusieurs jours ci c’est nécessaire jusqu’à satisfaction totale des revendications populaire à vous le jugement et la parole.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here