Algérie : 25 % des salaires financés par le ministère de l’intérieur concernent des emplois vacants !

Algérie –Selon plusieurs sources, plus de 25 % des salaires financés par les crédits budgétaires du ministère algérien de l’Intérieur au profit des fonctionnaires et travailleurs de ce secteurs ont été attribués à des emplois dits « vacants » ou des postes libres, à savoir nouvellement créés qui demeurent encore inoccupés, a pu constater.

Chaque année, le ministère de l’Intérieur bénéficie d’un financement de plus de 311 milliards de Da, à savoir l’équivalent de 2,2 milliards de dollars, dans le cadre « des crédits budgétaires abritant les charges de personnel y compris les pensions et les charges sociales » des travailleurs dus entités publiques relevant directement de son autorité. Avec cet immense budget, le ministère de l’Intérieur couvre les dépenses des postes budgétaires évalués annuellement à près de 410 mille postes. Cela signifie que chaque année, le ministère de l’Intérieur dispose de l’équivalent de 2,2 milliards de dollars pour financer les salaires de pas moins de 410 travailleurs et fonctionnaires. Cependant, dans la réalité, le nombre des postes occupés s’élèvent à seulement 306 mille postes. Cela signifie que plus de 25 % des emplois déclarés par le ministère de l’Intérieur sont en vérité des emplois vacants et inoccupés. Et pourtant, les salaires de ces postes vacants sont budgétisés par l’Etat algérien et l’argent public est bel et bien transféré ou déposé dans les caisses du ministère de l’Intérieur qui en fait, ensuite, ce qu’il veut. Un audit approfondi, mené récemment par des magistrats spécialisés de la Cour des Comptes, de la trésorerie du ministère de l’Intérieur a dévoilé que ces postes vacants sont très nombreux au sein… de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), à savoir la Police algérienne. Il s’avère que la Police algérienne réceptionne régulièrement de nouvelles structures qui demeurent non opérationnelles faute d’effectifs suffisants. Ainsi, des commissariats, des dortoirs, des structures sécuritaires sont financées et construites au profit de la DGSN mais sans disposer du personnel nécessaire à leur mise en service. A la fin 2018, des rapports épluchant la gestion des budgets de la DGSN ont souligné qu’il faut recruter annuellement pas moins de 6000 nouveaux policiers et agents pour permettre à la Police algérienne d’exploiter entièrement les projets de nouveaux équipements qui ont été réalisés dans le cadre du développement de ses moyens d’intervention et des investissements dans le renforcement de ses dispositifs déployés à travers le territoire national.

Lire aussi :
Algérie : le gouvernement promet des facilitations pour la diaspora

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL