Algérie: Belmahdi sur le Hadj et la Omra

Algérie –Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmahdi, a mis au clair, ce jeudi, l’organisation des rites du Hadj et de la Omra.

En marge de la conférence nationale de la Commission ministérielle de la Fatwa, tenue à Dar El Imam, Belmehdi a affirmé que “l’organisation de la Omra et du Hadj est conditionnée à la situation épidémiologique liée à la pandémie du Coronavirus, et nous demeurons vigilants face à tout imprévu”.

Le ministre a, également, indiqué qu’il n’avait jamais fait de déclaration autour de l’organisation des saisons de la Omra et du Hadj.  “Tout ce qui se dit à ce propos, s’inscrit au titre des rumeurs infondées”.

“Les préparatifs sont en cours, ainsi que tout ce qui concerne l’aspect électronique pour l’organisation des deux rites. Et ce, en coordination avec les parties compétentes; à travers le ministère des Affaires étrangères; et les ministères de la Santé; de l’Intérieur, ainsi qu’avec l’ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite en Algérie; concernant les procédures à suivre et à adopter dans le cas où la décision d’ouvrir l’espace aérien pour effectuer ces rites, sera prise”.

Lire aussi :
Algérie : Le Royaume-Uni donne son agrémént à la nomination d'un nouvel ambassadeur

Dans le même contexte, Belmehdi a fait savoir son échange avec le l’ambassadeur saoudien, il y a 15 jours. “(…) Nous avons tous pris connaissance de la décision des autorités saoudiennes de fermer son espace aérien à sept pays en raison de la situation épidémiologique”. Ainsi, face à ces évolutions, “il est du devoir de la nation musulmane”, de se protéger.

Ouverture totale de tous les espaces ? Belmehdi s’étonne !

Belmehdi s’est étonné de la demande de certaines personnes concernant l’ouverture totale de tous les espaces; et l’abandon des mesures préventives contre la propagation du virus. “Nous regrettons de ne pas avoir atteint des taux de vaccination plus élevés par nos concitoyens, à un moment où nous devons tous protéger l’Algérie de tout ce qui la menace”; a-t-il, ainsi, déclaré.

Préserver la santé publique, “un devoir religieux”

Par ailleurs, le ministre a considéré la préservation de la santé publique comme un “devoir religieux et national, qui doit être respecté en se conformant au protocole sanitaire adopté pour faire face à la pandémie du Coronavirus”.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL