Algérie : ces projets datant de plusieurs décennies qui n’ont pas été encore exécutés

AlgérieL’Algérie est un pays qui dispose de nombreuses potentialités. C’est un pays immensément riche en ressources humaines et en main-d’œuvre. Pendant longtemps, l’Algérie a été considérée comme la place forte du monde maghrébin.

L’Algérie possède de nombreux atouts, mais malheureusement l’ensemble de sa classe dirigeante n’a pas toujours été à la hauteur. Le secteur administratif notamment reste plombé par de nombreux dysfonctionnements qui entravent la bonne marche du pays.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a même reconnu à plusieurs reprises que les lourdeurs administratives et la corruption ambiante au sein de la fonction publique sont un frein au développement du pays.

Tout récemment nos confrères d’Algérie Part ont révélé qu’à cause d’un système de bureaucratie extrêmement défaillant, de nombreux projets datant de l’an 2005 n’ont pas été exécutés. Pourtant, lesdits projets avaient un budget en bonne et due forme.

A qui la faute ?

Ce qui est d’autant plus troublant c’est que ces projets inachevés font fréquemment l’objet de réévaluation budgétaire, ce qui entraîne d’énormes pertes pour les caisses de l’État. Quasiment tous les secteurs d’activités sont touchés par cette terrible défaillance administrative.

Des projets qui étaient censés participer à l’épanouissement des populations n’ont jamais vu le jour et pire, des sommes colossales ont été débloquées au niveau du trésor public pour alimenter des projets fantômes. Les faits sont notamment flagrants dans le secteur de l’Éducation et des infrastructures. Les chiffres avancés par Algérie Part donnent le tournis.

Cette situation scandaleuse montre à quel point certains individus sans état d’âme, profitant de leur poste de responsabilité, sabotent les efforts de développement de toute une nation. C’est tout simplement pitoyable. C’est malheureux de le dire, mais l’administration publique est le repère d’individus guidés par des intérêts purement égoïstes. Il faut que cela change sinon le développement tant souhaité ne serra qu’un leurre.

 

Lire aussi :
Deux navires algériens autorisés à reprendre la mer

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL