Algérie : inquiétudes des défenseurs des droits de l’homme face aux arrestations

AlgérieCes derniers jours, de nombreuses arrestations ou des procès, notamment d’activistes du hirak, ont eu lieu à travers plusieurs wilayas du pays. Devant ces différentes arrestations, les défenseurs des droits de l’homme sont montés au créneau pour montrer leurs indignations.

Les arrestations deviennent de plus en plus légion en Algérie, devant cette situation, les défenseurs des libertés et des droits de l’homme, ont lancé des appels pour la libération des détenus d’opinion. Malgré ces appels les choses ne semblent pas aller, dans le sens de l’«apaisement» souhaité par ceux-là. Il certes vrai que des grâces présidentielles ont touché  des détenus du hirak, cependant les arrestations, n’ont pas cessé. «Les arrestations ne se sont pas arrêtées depuis plus de deux ans, et il n’y a rien qui indique que le régime a l’intention de revenir à la normale, du moins à la situation d’avant juin 2019.

Lire cet article  Belmahdi : « L’Algérie nourrissait les Français quand ils mangeaient des rats »

Bien au contraire, le régime a mis en place une stratégie sécuritaire pour museler, au nom de la ‘‘lutte antiterroriste’’, tous ceux qui s’opposent à lui. Des personnes ont été poursuivies pour leur appartenance au MAK ou à Rachad, alors qu’en réalité, elles n’ont aucun lien avec ces deux organisations. Tout adversaire politique qui dérangerait le régime risquera d’être accusé, à tort, de terrorisme, au nom du MAK et de Rachad, alors qu’il n’a aucun lien avec ces derniers», a déclaré l’avocat Abdelghani Badi.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS