Algérie: La fin des subventions actée par le parlement la classe moyenne va trinquer

Face à son déficit budgétaire abyssal, l’Algérie a décidé à mettre fin aux subventions sur 12 produits de large consommation. La réforme est actée par les députés et sa mise en application va fortement accentuer la détérioration du pouvoir d’achat et la paupérisation des Algériens.

La crise financière de ces dernières années a réduit à néant le Fonds de régulation des recettes (FRR) et amenuisé considérablement les réserves en devises, deux sources qui permettaient aux autorités d’acheter la paix sociale à coût de subventions de toutes sortes. Surtout durant la période des vaches grasses de 2013-2014 lorsque le cours du baril a franchi le seuil des 140 dollars. Mais ce temps est révolu.

Acculée, l’Algérie a décidé de mettre fin aux subventions. Il faut dire qu’à cause des transferts sociaux tous azimuts, cette facture n’a cessé de flamber pour atteindre 1.960 milliards de dinars, soit 17 milliards de dollars, en 2021. En 2019, elles avaient même atteint un pic 2.400 milliards de dinars, soit environ 18 milliards de dollars. Une bonne part de ces subventions entrent dans le cadre d’aides à la protection du pouvoir d’achat en rendant certains produits et services accessibles (farine, sucre, huile, lait, gaz, électricité…).

Lire aussi :
Algérie : la militante politique Mira Moknache écope de 5 ans de prison ferme

Mais avec la chute du cours de l’or noir à partir de fin 2014, l’Algérie s’est retrouvée rapidement dans des difficultés financières aiguës et des déficits budgétaires abyssaux, raclant totalement son fonds souverain (FRR) et rognant ses réserves en devises, pour les financer.

Si depuis plusieurs mesures ont été prises pour freiner la crise financière et notamment la chute des réserves en devises, avec entre autres la multiplication des interdictions d’importations tous azimuts pour préserver les avoirs en devises, se traduisant par des pénuries de toutes sortes, avec la fin des subventions, le gouvernement du Premier ministre et ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, trouve un autre levier à même de lui permettre de réduire considérablement le niveau du déficit budgétaire. Toutefois, cette mesure, déjà annoncée par des gouvernements précédents, n’a jamais été appliquée du fait de sa grande impopularité.

Lire aussi :
Météo : pluies orageuses sur 3 régions de l'Algérie ce 19 novembre

Désormais, après le vote favorable de l’Assemblée populaire nationale (APN) de la Loi de finances 2022, le mercredi 17 novembre 2021, il sera bientôt mis fin aux subventions généralisées dont bénéficient tous les Algériens depuis des décennies. Pour commencer, l’arrêt des subventions va concerner 12 produits de large consommation: farine, pain, semoule, lait en sachet, huile de soja, eau potable, essence, diesel, GPL, gaz butane, électricité et gaz de ville.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL