Algérie : la liquidité bancaire reste faible malgré les mesures prises

Algérie-Devant cette situation, les autorités monétaires ont utilisé tous les instruments possibles, entre autres, la baisse du taux des réserves obligatoires et l’augmentation des seuils de refinancement des titres publics négociables, l’allongement de la durée de refinancement de sept jours à un mois et la satisfaction des demandes de refinancement .

Des mesures qui ne servent qu’à freiner, un tant soit peu, la baisse et permettent de stabiliser la situation. Selon, l’économiste Kamel Benkhabecheche, cette situation a amené la Banque d’Algérie à « refinancer les obligations du Trésor détenues par les banques ». « Elle a des liquidités aux banques, en contrepartie des titres. » Résultat : augmentation de la liquidité bancaire du même montant.

Rappelons déjà, qu’en janvier 2021 (dernier mois disponible en chiffres), le plan spécial de refinancement n’était pas, encore, en cours. La Banque d’Algérie un recours au financement via l’art. financement via l’art. 46 de l’ordonnance n° 03-11 du 26 août 2003, où elle a consenti au Trésor public des découverts en compte courant. «Au final, c’est cette augmentation de la masse monétaire qui a amélioré la liquidité bancaire.» Cependant, notre interlocuteur se demande si ce montant restera dans le circuit bancaire et ne sera pas thésaurisé.


 

Lire cet article  Un nom algérien cité dans l'affaire Pandora Papers

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS