in

Algérie Sonatrach : 200.000 salariés payés à se tourner les pouces

Le coronavirus a la manie de s’attaquer à l’appareil respiratoire des hommes, mais ne laissera pas non plus indemne le poumon économique de l’Algérie. La Sonatrach va indubitablement subir un effet ciseau dû à la baisse de ses revenus, alors que ses charges d’exploitation atteignent des sommets du fait de son effectif pléthorique, mais aussi d’une générosité aveugle au début de la décennie précédente.

En fin 2019,  les 154 filiales de la compagnie pétrolière nationale algérienne employaient plus de 200.000 collaborateurs. Les comptes consolidés du groupe auxquels le360 Afrique a pu avoir accès laissent apparaître une masse salariale de 321 milliards de dinars en 2018, soit quelque 2,5 milliards de dollars environ. Ce montant est aussi le résultat d’une politique sociale qui a permis au régime de Abdelaziz Bouteflika de se maintenir, notamment au début de la décennie 2010 quand les voisins de l’est de l’Algérie, à savoir la Libye et la Tunisie, ont été secoué par le printemps arabe.

4 Comments

Leave a Reply
  1. On ne peut etre aussi incisif que si on emarge sois meme sans donner de contre partie …avoir un super salaire sans trimer le Paradis sur terre…non?.

  2. vous excusez mes termes crus mais c’est un ramassis de conneries cette article ! ils ont pas abandonné leurs postes et pourquoi vous parlez pas des sénateurs, du parlement …etc?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *