APRÈS 11 MOIS DE MARCHES PACIFIQUES : Le hirak veut se réorganiser

0

Les principaux acteurs politiques du Hirak entendent se réorganiser. Des associations, ligues de droits de l’Homme, syndicats autonomes et des personnalités politiques entendent se concerter durant les jours à venir pour trouver les voies et moyens de concertations et de voir s’il y a lieu de répondre au dialogue souhaité par le Président Tebboune.

C’ est ce que nous a affirmé un des membres de la ligue des droits de l’Homme de Hocine Benissad qui souligne que  » le hirak a besoin maintenant de se réorganiser après son 10e mois de parcours « . La ligue des droits de l’homme entend prochainement selon ce membre prendre langue avec des associations, des syndicats autonomes et d’autres personnalités qui soutiennent le mouvement populaire pour voir  » les voies et issues à mettre en place afin de constituer une force interlocutrice pour ses revendications « .

De son côté, le vice-président de la LADDH Saïd Salhi estime dans une déclaration médiatique que  » d’abord, il faut préconiser un dialogue au sein du Hirak et voir s’il y aura un congrès ou un espace de dialogue pour aboutir à une plate-forme revendicative commune « . Cette initiative est également partagée par la confédération des syndicats algériens, le pacte de l’alternative démocratique et des partis politiques à l’instar de Talaie El Houriet, Jil El Djadid et l’UPC de Zoubida Assoul.

Lire aussi  Épidémie de coronavirus : L’angoisse gagne la planète

Ces derniers estiment dans une déclaration commune relayée par plusieurs médias que  » le dialogue avec la nouvelle équipe de pouvoir doit être précédé par une concertation commune entre différents animateurs du mouvement populaire du 22 février « . Les partisans du dialogue politique qu’a lancé le Président Tebboune n’ont pas encore tranché sur le mode opératoire de ce dialogue.  » Il faudra attendre d’autres rencontres pour voir la possibilité d’engager un dialogue  » indique un des acteurs de la société civile et membre du PAD. Mais tous convergent pratiquement à des préalables que le Président doit s’engager à les résoudre avant tout dialogue.

Lire aussi  Ammar Belhimer. Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement : «Le hirak a évité au pays un effondrement annoncé»

Pour les acteurs politiques du Hirak  » il faut impérativement libérer ce qui reste des détenus et cesser de harceler les militants pacifiques et de répondre aux revendications populaires en ce qui concerne l’application de l’article 7 et 8 de la Constitution « . Cela dit, les partisans du dialogue avec le nouveau pouvoir doivent éviter les  » tiraillements entre groupes  » et aller vers un consensus qui doit se dégager lors de la prochaine rencontre. Des voix ont clamé cette semaine que le minimum doit être requis avant toute négociation ou pourparlers avec la nouvelle direction au pouvoir.

Il faudra mettre en compte d’unifier les positions et mettre de côté toutes les divergences pour serrer les rangs  » souligne un des membres du Forum civil pour le changement. Il faudra attendre maintenant l’échéance qui se ra fixée par les principaux acteurs de mouvement populaire et s’ils vont de nouveau se concerter avec la classe politique ou pas.
Farid Larbaoui.

Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici