in

Arrivée, hier, du ministère de l’Intérieur français à Alger : Cap sur la lutte antiterroriste

Le ministre de l’Intérieur français Gérard Collomb a effectué, hier, un déplacement à Alger. Cette visite, première du genre pour Collomb, en tant que ministre de l’Intérieur, s’inscrit dans le cadre d’un déplacement en Afrique du 14 au 18 mars où il est également prévu qu’il se rende au Niger. Ce déplacement permettra, donc, de rappeler le partenariat étroit qui unit l’Algérie et la France, notamment sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme, ainsi que sur les enjeux migratoires et de démontrer le partenariat efficace de la France et du Niger, en matière de lutte, contre les réseaux de trafiquants d’êtres humains. Le ministre français se rendra ensuite au Niger pour participer à une réunion internationale à Niamey sur « la coordination pour la lutte contre les réseaux de trafiquants de migrants », avec les représentants de plusieurs pays africains (Niger, Tchad, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal et Libye), mais également européens (Allemagne, Italie et Espagne). Rappelons que la question migratoire préoccupe Paris où Gérard Collomb avait présenté le 21 février passé, en Conseil des ministres un projet de loi controversé durcissant les conditions d’accueil des étrangers et l’octroi du droit d’asile. « Face à l’ampleur des défis migratoires que connaît l’Europe, l’action de la France pour maîtriser les flux migratoires irréguliers et garantir le droit d’asile se décline au niveau national, européen, et international », explique le ministère français de l’intérieur.  » Il s’agit d’un texte totalement équilibré qui s’aligne sur le droit européen », a fait valoir, Gérard Collomb. A Alger, la question la plus importante abordée est incontestablement la lutte antiterroriste qui reste la préoccupation majeure des pays du pourtour méditerranéen, ainsi que les pays de la région sahélo-saharienne et ce, parallèlement à l’ouverture par Collomb et Bedoui d’un séminaire des préfets français et des walis algériens, « témoignage de l’étroite coopération franco-algérienne en matière de gouvernance ». Alors que l’Algérie devient un passage obligé pour les occidentaux dans toute stratégie régionale et internationale de lutte antiterroriste, Alger devra abriter en avril prochain, une réunion africaine sur « l’assèchement des sources de financement du terrorisme ». Gerard Collomb devrait s’entretenir avec son homologue algérien, Noureddine Bedoui et le Premier ministre Ahmed Ouyahia ainsi que le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aissa. Ces entretiens permettront de  » rappeler le partenariat étroit qui unit l’Algérie et la France, notamment sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme, ainsi que sur les enjeux migratoires.
A.M.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *