ARSENAL DE GUERRE SAISI PAR L’ARMÉEDes missiles à Bordj Badji Mokhtar

ARSENAL DE GUERRE SAISI PAR L'ARMÉEDes missiles à Bordj Badji MokhtarCe trafic est considéré comme le problème numéro un qui menace le pays, depuis l’éclatement de la Libye

Cette découverte intervient deux semaines après celle des 41 obus antichars105 mm au niveau de la zone frontalière de la même région.

L’Armée nationale populaire mène une guerre sans merci contre les trafiquants d’armes. Un phénomène qui a pris de l’ampleur depuis 2011, soit depuis la guerre survenue en Libye. Dans le plus récent communiqué du ministère de la Défense nationale il est fait état de la saisie le 17 décembre, lors d’une opération de recherche et de fouille menée près des frontières, à Bordj Badji Mokhtar, dans une cache, d’armes et de munitions contenant «une mitrailleuse de type Fmpk, 10 missiles sol-air calibre 55 mm, six obus de mortiers calibre 82 mm, six fusées pour obus de mortiers, ainsi qu’une quantité de munitions s’élevant à 115 balles». Un véritable arsenal de guerre comme on peut le constater.
L’ANP n’est pas à sa première découverte. C’est devenu quasi quotidien. Ces opérations ont d’ailleurs été qualifiées de succès par plusieurs sites d’information.
Ce trafic est considéré comme le problème numéro un qui menace le pays, depuis l’éclatement de la Libye, après l’assassinat du colonel El Gueddafi et le conflit au Mali, d’où cette présence en grande quantité, d’armes au niveau des villes situées à la frontière. Il n’existe sans doute pas une activité aussi illicite qui a gravi les échelons dans la mesure où les réseaux de trafic d’armes sont étroitement liés aux groupes terroristes.
Le vice-ministre de la Défense nationale le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, n’a jamais manqué une occasion pour avertir sur ce phénomène, tout en saluant les efforts de ses troupes qui agissent sans cesse contre les trafiquants, démasquant, sur la base de renseignements, les caches contenant des armes. Il avait souligné dans l’une de ses déclarations, rappelle un site francophone: «Sans aucun doute, les plus dangereux réseaux de contrebande sont ceux du trafic d’armes, à qui l’ANP a toujours fait face. Nous avons mis en échec leurs desseins hostiles à notre pays et notre peuple.» Si l’on remonte au mois de septembre dernier, l’ANP et lors d’une patrouille effectuée tout au long de la bande frontalière avec le Mali, avait saisi des armes et des munitions de guerre également.
Le MDN avait fait état de la saisie d’un fusil-mitrailleur de calibre 14,5 mm, de deux bandes à munitions, d’un pistolet automatique de type Kalachnikov avec trois chargeurs, d’une roquette pour RPG-7 avec charge, d’un obus pour mortier de calibre 60 mm avec allumeur, de 485 balles de calibre 23 mm, de 204 balles de calibre 14,5 mm et de 642 balles de calibre 12,7 mm. Une opération qui s’ajoute à l’ensemble des résultats de qualité concrétisés sur le terrain, confirme la grande vigilance et la ferme détermination des forces de l’ANP déployées le long de nos frontières, à déjouer toute tentative d’atteinte à la sécurité du pays et sa stabilité. Cet armement lourd transite d’ailleurs, par les frontières algéro-maliennes. Ces découvertes interviennent dans le cadre des ratissages systématiques menés par l’armée, pour combattre le terrorisme et traquer les terroristes sur le territoire algérien et la lutte contre les trafiquants d’armes.

Source : lexpressiondz.com

lexpressiondz.com