in

Attention, après l’huile, l’Algérie risque de subir la crise du sucre

Algeriepatriotique– Après la crise de l’huile de table, l’Algérie risque de subir de plein fouet dans les jours, voire semaines à venir, une autre crise concernant cette fois-ci… le sucre. Algérie Part a pu confirmer auprès de plusieurs sources concordantes que le sucre commence à se faire rare sur le marché national notamment lorsque les transformateurs et producteurs de gâteaux ou de divers produits alimentaires ont besoin d’importantes quantités de sucre pour les besoins de leurs unités de production. Le prix de gros ont subi d’ores et déjà des augmentations et les transformateurs algériens paient depuis quelques jours près de 75 DA le KG contre 68 DA, le prix pratiqué auparavant par les principaux producteurs algériens de sucre. 

Il faut savoir qu’en Algérie,  80% de la production est assurée par le groupe CEVITAL avec un potentiel de production d’un million de tonnes/an dont une partie est exportée
vers l’étranger. Le deuxième important opérateur en Algérie est le groupe BERRAHAL situé à Oran.  Le besoin du marché national est estimé à 2,5 millions de tonnes/an.

L’Algérie figure parmi les dix premiers pays importateurs mondiaux de sucre et la consommation annuelle moyenne : 30kg/an/hab soit trois fois la norme recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé. C’est dire que le sucre est un important aliment de base en Algérie. C’est pour cette raison qu’il fait partie des principaux produits subventionnés par l’Etat algérien. Ceci dit, ce produit risque de connaître comme l’huile de table une crise de pénurie et des augmentations de vertigineuses de prix en raison de l’envolée des prix sur les marchés mondiaux.

Ce dimanche 18 avril, les cours mondiaux du sucre ont augmenté de plus de 5,42 %. En une semaine, ces cours mondiaux ont augmenté de plus de 33 %. Depuis un mois, les prix du sucre sur le marché mondial ont augmenté de plus de 35 %. Et entre avril 2020 et avril 2021, les cours mondiaux du sucre ont subi une augmentation de presque 39 %.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *