Aucun traitement de faveur pour le général Bouazza

Algérie – Le général Wassini Bouazza fut pendant de nombreuses années l’un des hommes les plus influents d’Algérie. Sous le régime Bouteflika, il était les yeux et les oreilles du président, l’homme le mieux renseigné du pays à travers la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI).

Mais voilà, en 2019, le peuple algérien s’est levé comme un seul Homme pour dire non à la volonté d’Abdelaziz Bouteflika de briguer un nouveau mandat à la tête du pays. C’est à cet instant que les problèmes vont commencer pour le tout puissant Général.

En 2019, son nom est ressorti dans plusieurs affaires de corruption, de trafic d’influence, de faux et usage de faux. C’est ainsi que celui qui était dans un passé récent presque intouchable est entré dans le collimateur de la justice.

Descente aux enfers

Les événements ont pris une nouvelle tournure ces dernières semaines avec l’inculpation du général. Son nom revient dans de nombreuses affaires et pour faire la lumière sur celles-ci, une série de procès a été programmée. Ce mercredi 15 septembre, la Cour militaire de Blida a ouvert un procès avec pour principal accusé le Général bouazza.

Le verdict est tombé hier jeudi 16 septembre. Alors qu’on pouvait penser que l’ancien homme fort du renseignement algérien allait bénéficier d’un traitement de faveur, mais ce ne fut pas le cas. Bouazza, qui a été destitué de son titre de Général a écopé de 16 ans d’emprisonnement de réclusion criminelle sans possibilité de remise de peine.

Lire cet article  Cet indicateur qui montre que les algériens sont de plu en plus pauvre

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS