in

Augmentation des cas de violences contre les femmes : le gouvernement doit agir de toute urgence pour renforcer les services d’aide aux femmes victimes de violences

Les crimes et les violences contre les femmes qui ont marqué l’année 2020 ne sont pas passés inaperçus pour l’organisation, qui rappelle que « durant l’année 2020, la pandémie de COVID-19 a aggravé les risques déjà importants auxquels se heurtent de nombreuses femmes en Algérie ».  

Le site Féminicides Algérie a recensé au moins 54 féminicides en 2020 et 14 depuis le début de l’année 2021. Au moins 6782 femmes ont été victimes de violences en 2020, selon les chiffres de la police judiciaire. Les organisations de défense des droits des femmes ont souligné que les statistiques officielles sur les cas de violences contre les femmes étaient largement en dessous de la réalité.

Dans ce sens, Hassina Oussedik estime que « les associations de défense des droits des femmes se sont fortement mobilisées pour dénoncer les féminicides et les violences contre les femmes en Algérie tandis que les autorités n’ont pris aucune mesure pour protéger les victimes de ces violations des droits humains », raisons pour lesquelles « le gouvernement doit agir de toute urgence pour renforcer les services d’aide aux femmes victimes de violences et mener des campagnes de sensibilisation des citoyennes et citoyens contre les violences liées au genre, en collaboration avec les organisations de défense des droits des femmes. »

L’ONG rappelle tout de même que les textes de la nouvelle constitution apportent « quelques avancées » sur certaines questions des droits humains, notamment en matière de protection des femmes, mais « elle ne garantit toujours pas l’indépendance de la justice et introduit des restrictions injustifiées des droits et libertés en conditionnant l’exercice de la liberté d’expression au respect des valeurs religieuses et culturelles ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *