in

Azeddine Mihoubi serait interdit de quitter le pays

L’ancien  candidat  à  l’élection  présidentielle  du  12  décembre  dernier, Azeddine Mihoubi, serait interdit de quitter le territoire national, selon des informations non encore confirmées officiellement. La décision qui aurait été prise  mercredi  par  le  tribunal  de  Sidi M’hamed,  rentrerait  dans  le  cadre   d’une  enquête,  toujours  en cours,  ouverte  par  les  services  de  la  gendarmerie de  Bab-Djedid,  à  Alger,  concernant   la  gestion  de  nombreux   dossiers culturels.

Selon  des  sources  concordantes,  l’interdiction  de  quitter  le  territoire national qui frappe Azeddine Mihoubi concerne également des membres de sa famille et des proches. Ancien ministre de la Culture, l’homme a géré plusieurs grands dossiers culturels. Son département a également géré de grandes productions cinématographiques dans lesquelles sont concernés des étrangers.

Certains de ces projets, à l’image du film sur Ahmed Bey, ou le film mort-né concernant l’Émir Abdelkader, ont nécessité des budgets colossaux, dont une partie a été transférée à l’étranger pour rémunérer des acteurs ou des producteurs. Mais  nos  sources  ne  disent  pas, à  ce  stade,  dans  quel dossier précis est soupçonné Azeddine Mihoubi.

Contacté à plusieurs reprises hier, l’homme n’a pas répondu à nos appels et SMS. Quelques  jours  avant  cette  décision, qui  ne  vaut  pas condamnation pour l’instant, la productrice de cinéma, Samira Hadj-Djilani, qui a longtemps travaillé avec Azeddine Mihoubi, a été placée sous mandat de dépôt.

Elle est accusée notamment de “transfert illicite d’argent” à l’étranger dans le cadre  de  son travail  comme  productrice  de cinéma.   Mais  en  plus d’exercer dans  le  domaine  culturel, la  productrice, dont  une  partie  de  la famille  réside  en  Espagne,  a  été  une  proche  collaboratrice  d’Azeddine Mihoubi  lors  de  la  dernière  campagne présidentielle en occupant le poste de chargée de communication du candidat.

Ce n’est pas la première fois  que des rumeurs concernant des poursuites  contre  Azeddine Mihoubi  circulent.  Depuis  plus  de  22  ans,  Azeddine Mihoubi n’a quitté les rouages du pouvoir qu’à de rares occasions. Il a été plusieurs fois ministre. Mihoubi, qui s’est fait connaître en tant qu’écrivain et poète en plus  de  sa carrière  politique, a  été  le  dernier  ministre  de  la  Culture  de Bouteflika.

Ali BOUKHLEF

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *