BÉJAÏALa rue préconise la solution politique

0

Une nouvelle fois, les citoyens de Béjaïa n’ont pas raté le rendez-vous hebdomadaire de vendredi. Des milliers d’entre eux ont réinvesti la rue pour porter haut et fort la revendication phare du mouvement, à savoir le «départ du système et tous ses symboles».

Du rejet des élections proposées comme solution à la crise, au départ du système en passant par la revendication d’une solution politique, qui passerait par l’élection d’une Assemblée constituante et un gouvernement d’entente nationale, les marcheurs de Béjaïa se sont montrés, hier, unifiés sur les slogans que chacun brandissait et écrivait à sa manière, dans une ambiance habituelle de fête.
C’est vers 13h que la procession humaine s’ébranla de l’esplanade de la Maison de culture Taos Amrouche, ce avant même la fin de la prière hebdomadaire et l’arrivée des manifestants en provenance des autres communes de la wilaya.
Organisés en carrés, les marcheurs drapés de l’emblème national en côte-à-côte avec le drapeau identitaire, ont clairement signifié au chef d’état major de l’ANP, Gaïd Salah, leur rejet de la solution, depuis déjà trois semaines.
La tenue de l’élection présidentielle le 4 juillet prochain ne saurait être «transparente et honnête», car organisée par «les symboles du système», à travers les trois B, dont tout le monde exige le départ.
«La tenue d’une élection présidentielle, avec les trois responsables actuels, ne servira pas le pays et le peuple qui s’apprête déjà à la boycotter», estime ce sexagénaire, qui tenait à la main une pancarte sur laquelle il a écrit: «non à l’élection présidentielle», tandis que sa petite fille Kahina scandait «système dégage».Alors que la tête de la marche dépassait le siège de la wilaya, la procession humaine s’arrêta comme un seul homme pour observer une minute de silence à la mémoire de ceux qui ont été assassinés et autres disparus pour la liberté et la démocratie.
Un vibrant hommage a été rendu aux journalistes dans leur soutien et leur accompagnement du mouvement.
Certains seront toutefois critiques au travail «insidieux» qu’entreprennent certaines chaînes de télévision et journaux, dans leur tentative de convaincre de la solution à la crise proposée par les tenants du système.
«Nous sommes unis, vous êtes finis!», lit-on sur une autre large banderole, une manière de répondre à ceux qui misent sur la division du peuple.
Après plus de trois heures, la foule imposante s’est dispersée dans le calme pour se donner rendez-vous la semaine prochaine, cette fois-ci en nocturne.

Source : lexpressiondz.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here