Belaïd lors de son meeting à Tiaret : « Tant que l’opposition à la présidentielle est pacifique nous la respectons »

0

Le candidat du Front El Moustakbel à la présidentielle du 12 décembre, Abdelaziz Belaïd, a accusé ceux qu’il appelle « les intrus » dans le secteur de l’agriculture, à avoir bénéficié « de milliers de milliards de dollars d’aide agricole et n’ont rien fait » pour le secteur ni pour le pays. C’est sur ces questions et d’autres liées au secteur de l’agriculture que Belaïd a évoqué, lors de son meeting, à Tiaret, les problèmes des agriculteurs et du secteur en général, affirmant que ce dernier «souffre du manque de moyens». Rappelant, dans le même contexte, que la facture de l’importation de céréales en Algérie «a atteint trois milliards de dollars. Il souligne qu’«il existe des possibilités» qui permettent à l’Algérie, «de réaliser l’autosuffisance, et pourquoi pas même exporter» a-t-il lancé à ses sympathisants. Déclarant qu’il procèdera au lancement de construction d’usines de transformation des aliments pour promouvoir l’Économie nationale s’il venait à être élu président de la République, le candidat Belaïd rappelle avec instance que «tout le potentiel matériel et humain existe». Abordant la question de la bureaucratie, le président du Front El-Moustakbel, affirme que celle-ci «a fermé toutes les portes devant les jeunes» affirmant que les jeunes d’aujourd’hui « souffrent de la pression et de la bureaucratie» qui obstruent leur avenir, jusqu’à les pousser, dira-t-il «  «à quitter le pays, par la migration légale et illégale» a-t-il précisé. S’agissant de dilapidation de l’argent public, Belaïd estime «inadmissible d’évoquer les fonds détournés» avant que la justice, «ne statue sur le sort des personnes impliquées dans ces affaires». Concernant le rejet des élections du scrutin du 12 décembre prochain, par les citoyens, le candidat du Front El- Moustakbel a souligné que «chacun est libre de faire son choix vis à vis des prochaines élections»,  tant que, poursuit-il «l’expression de l’opposition à la présidentielle est pacifique, nous la respectons».
Sarah O.

Lire aussi  Education nationale : Les enseignants du primaire maintiennent la pression
Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici