Bouteflika symboles des occasions manquées de l’Algérie

Il rêvait de marquer l’Histoire et de devenir un nouveau “père du peuple” à l’image de son mentor, l’ancien président Houari Boumedienne (1965-1978), qu’il a dépassé en longévité au pouvoir, et dont il fut un fringant chef de la diplomatie.

A son arrivée au pouvoir en 1999, à la fin de la décennie noire (1992-2002, 200.000 morts), Abdelaziz Bouteflika inspirait “quelque chose de rassurant des années +glorieuses+ de (Houari) Boumedienne, de l’Algérie leader du Tiers monde, contrastant avec l’Algérie de cendres et de ruines des années 90”, analyse l’écrivain et journaliste algérien Adlène Meddi dans la revue Middleeasteye.net.

– “Eclipse totale” –

Populaire à son retour aux plus hautes responsabilités mais mu par une soif de revanche envers l’armée, il avait clamé en juin 1999 lors du Forum de Crans Montana (Suisse): “je suis l’Algérie toute entière, je suis l’incarnation du peuple algérien”.

Lire cet article  Le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre prochain

En réalité, “sa popularité était assurée par un (prix du) baril (de pétrole) élevé et une loi sur la concorde civile (mettant fin à la guerre civile avec les islamistes, ndlr) négociée par l’armée”, analyse pour l’AFP Hasni Abidi, directeur du centre d’études Cernam à Genève.

Ensuite, “Bouteflika a raté son rendez-vous avec l’Histoire, c’est le président des occasions manquées”: pendant ses 20 ans de mandat, “c’est devenu un homme de pouvoir et d’intrigues, et pas un homme d’Etat”, ajoute M. Abidi.

Selon cet expert du monde arabe, “méprisant la société civile et les médias”, Bouteflika a “creusé un fossé avec son peuple” et “donné des ailes aux hommes d’affaires sans scrupules”. Profitant de la manne pétrolière et gazière, il faisait “des choix sans consulter” en “neutralisant les contrepouvoirs dans l’institution militaire et en humiliant tous ceux qui s’opposaient à lui”, ajoute l’expert.

Lire cet article  Algérie-Lesotho : Lamamra examine les relations privilégiées entres les deux pays

Cette attitude a abouti, selon lui, à un report de “tous les chantiers de réformes politiques, institutionnelles et économiques” et “une éclipse totale” de la diplomatie algérienne, une situation aggravée par un accident vasculaire cérébral (AVC) subi en 2013 qui l’a laissé affaibli et dépassé par la guerre des clans autour de lui.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS