in

Boycott des législatives: La société civile seule face aux islamistes

La société civile n’a pas pour vocation de gouverner. La prise de pouvoir n’est pas inscrite dans ses gènes, contrairement aux partis dont le premier objectif est d’arriver -pacifiquement- au pouvoir pour ensuite appliquer leurs propres programmes.
Le paysage politique algérien de 2021 ne se fige pas seulement aux procédures et aux méthodes, mais il comporte encore d’autres interrogations et des zones d’ombre. On ne connaît pas à ce jour la coloration politique et idéologique de cette société civile. Est-elle démocrate, laïque, progressiste, conservatrice ou à dominante islamiste? Face au vide politique laissé par le boycott des démocrates, la société est appelée à un combat pour lequel elle n’est pas préparée. Contraints d’adopter la démocratie, les islamistes en font un bon usage: ils s’en servent comme marchepied sachant que leur souci fondamental demeure l’islamisation des institutions politiques et la promotion de la chari’a comme source de la législation. On mesure de ce fait le challenge que doit relever la société civile engagée dans ce scrutin.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *