19ème mardi de contestation des étudiants : Mobilisation et détermination

0

 

Pour le 19ème mardi consécutif de la contestation pacifique, les étudiants, par milliers, ont tenu hier une nouvelle démonstration de force à travers des marches et rassemblements organisés à Alger et dans plusieurs wilayas du pays.

La forte chaleur d’un mardi caniculaire n’a pas empêché les manifestants de sillonner plusieurs quartiers de la Capitale et dans d’autres villes universitaires.
Comme à l’accoutumée, les manifestants, munis de banderoles, pancartes et drapeaux aux couleurs nationales, ont scandé des slogans à travers lesquels ils réclament le départ de tous les symboles du système. Au niveau de la Capitale, c’est la mythique Place des Martyrs qui est devenue le point de départ des récentes marches des universitaires. La Grande poste a constitué durant les premières semaines de la contestation pacifique le point de départ des marches, mais elle est fermée et barricadée à cause de la vétusté de bâtisse et de ses fondations de base. La wilaya d’Alger, rappelons-le, avait fait état des risques d’effondrement de l’escalier de la Grande poste.
Vers les coups de midi, les étudiants, moins nombreux que les précédents mardis, ont observé un sit-in au niveau de la Place des Martyrs avant d’entamer leur marche en direction d’Alger-centre.
Face à un impressionnant dispositif policier, les étudiants ont emprunté le quartier de Bab Azzoune, en réclament à travers leurs slogans la libération des détenus emprisonnés pour port d’autres emblèmes que le drapeau national. Ensuite, la foule d’étudiants a pris la direction de la Place Maurice Audin.
Comme attendu, des dizaines d’éléments des services de sécurité ont fait le pied de grue dans divers coins et recoins d’Alger centre. Malgré une forte mobilisation des policiers, la marche des étudiants s’est déroulée dans le calme et aucun incident n’a été signalé. Pour ce qui est des revendications, en plus de la demande de libération des détenus d’opinion, les étudiants ont réclamé le départ des deux B, à savoir : le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah et le Premier ministre Noureddine Bedoui.
Un hélicoptère de la police a tournoyé durant une bonne partie de la journée d’hier et les étudiants se sont dispersés dans le calme. Par ailleurs, le 19 ème mardi de protestation a été marqué aussi par une mobilisation dans d’autres wilayas du pays. Les étudiants sont sortis à Béjaïa, Bouira avec les mêmes mots d’ordre.
À Béjaïa, les étudiants ont été rejoints par les enseignants et les travailleurs des campus de la wilaya. Il convient de signaler que depuis le début d’un mouvement de protestation sans précédent, le 22 février dernier, la mobilisation des étudiants est restée intacte et n’a connu au fil des semaines aucun signe d’essoufflement. C’est ainsi que les universitaires qui depuis, ont instauré la journée de mardi rendez-vous hebdomadaire de protestation, ont ajusté leurs revendications en tenant compte des développements qu’a connus la scène politique nationale.
Alger: Samir Hamiche

 

Source : ouestribune-dz

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here