Affirmant que la lutte contre la corruption n’admet «aucune limite» et «aucune exception» à quiconque : Gaïd Salah appelle à l’organisation, au plus vite, de l’élection présidentielle

0

Le chef d’état-major de l’ANP, Vice-ministre de la Défense nationale (MDN), le général Ahmed Gaïd Salah, a appelé hier, à accélérer l’élection d’un président de la République, en qualifiant cet objectif de «priorité», d’autant que, selon lui, les délais ont atteint leur limite.

Il a ainsi insisté sur la solution constitutionnelle à la crise actuelle, en réitérant son appel au respect de la constitution et à l’ouverture d’un dialogue afin d’élire à temps un président de la République.
Dans un nouveau discours prononcé à l’occasion de sa visite effectuée à la 3ème Région militaire à Béchar, le chef d’état-major a appelé à accélérer le processus de l’élection d’un président de la République dans les «délais possibles constitutionnellement et acceptables dans le temps», vu que «ces délais ont atteint aujourd’hui leur limite».
Dans ce cadre, Ahmed Gaïd Salah a insisté sur la nécessité d’organiser au plus vite des élections présidentielles transparentes dont la décision de trouver le meilleur moyen pour arriver à cet objectif revient aux Algériens.
«Nous ne nous lasserons jamais de dire que la priorité aujourd’hui, consiste à accélérer l’élection d’un président de la République dans les délais possibles constitutionnellement et acceptables dans le temps» a-t-il déclaré.
Le chef d’état-major de l’ANP, a affirmé que «ces délais ont atteint aujourd’hui leur limite et il appartient aux Algériens fidèles à leur patrie, de trouver maintenant, la voie la plus efficace pour y aboutir».
Il a fustigé les parties qui s’opposent à l’organisation d’élection présidentielle dans les meilleurs délais. Dans ce cadre, il a souligné que l’organisation de l’élection présidentielle dans «les brefs délais et dans les meilleures conditions de transparence et de crédibilité, constitue un élément fondamental que requiert la véritable démocratie à laquelle ne croient pas, malheureusement, certains adeptes de la surenchère politique et idéologique qui considèrent les élections comme un choix plutôt qu’une nécessité».
La lutte contre la corruption n’admet «aucune limite» et «aucune exception»  à quiconque
Le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a par ailleurs, affirmé lundi à Bechar, que la lutte contre la corruption n’admet «aucune limite» et «aucune exception ne sera faite à quiconque».
«Partant du fait que la lutte contre la corruption n’admet aucune limite  et qu’aucune exception ne sera faite à quiconque, cette voie sera celle que  l’institution militaire veillera à entreprendre avec détermination, posant  ainsi les jalons de l’affranchissement de l’Algérie du vice de la  corruption et des corrupteurs avant la tenue des prochaines élections  présidentielles» a déclaré M. Gaïd Salah.
«Il y a lieu d’affirmer encore une fois, la détermination de l’institution  militaire à accompagner la justice, avec une ferme conviction et un sens  élevé du devoir, ainsi que de la protéger de façon à lui permettre  d’exécuter convenablement ses missions et s’acquitter judicieusement de son  rôle de moralisateur, en déterrant tous les dossiers et en les traitant en  toute équité quelles que soient les circonstances, de façon à faire  comparaître devant la justice tous les corrompus quels que soient leur  fonction ou leur rang social», a-t-il souligné.
«Permettre à la justice de traiter les lourds dossiers de corruption et  mener ses missions à terme, est un devoir national dont l’institution  militaire ressent, devant Allah, l’histoire et le peuple, l’impératif  d’accomplir, quelles que soient les circonstances», a encore ajouté M.Gaïd  Salah.
Pour  le chef d’état-major de l’ANP, il apparait «clair aujourd’hui» au peuple algérien à travers tous ces dossiers présentés devant la justice, qu’»il a été procédé par le passé et de manière délibérée, à la mise en place des conditions propices à la pratique de la corruption». «Il apparait également à travers cela, que ce qu’on appelait à l’époque réforme de la justice, n’était malheureusement que des paroles en l’air et des réformes creuses qui, bien au contraire, ont encouragé les corrompus à persister dans leurs méfaits et ont été parrainés pour empiéter les droits du peuple et enfreindre les lois délibérément sans crainte et sans aucune conscience», a déploré le chef d’état-major de l’ANP.
Alger: Samir Hamiche

Source : ouestribune-dz

Lire aussi  Hamid Melzi limogé de la tête de la Société d’investissement hôtelière

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici