APRÈS LES ALERTES DE L’UA ET DES PAYS VOISINS : Poutine affirme que des groupes armés gagnent la Libye depuis Idleb

0

C’est à partir de la Capitale italienne, où il était en visite d’État, jeudi dernier, que le président de la Fédération de Russie, Vladimir poutine, a prévenu que la situation, en Libye «se dégradait» notamment depuis le déclenchement, à Tripoli et ses environs, des combats entre les deux acteurs rivaux, Khalifa Haftar, et Fayez Serraj. Moscou demande aux parties prenantes au conflit libyen «de s’entendre sur un cessez-le-feu».

Un arrêt des combats et des affrontements est nécessaire, en vue, selon Moscou, «  d’engager un processus politique adéquat » a déclaré Poutine, qui s’exprimait à l’issue d’un entretien à Rome avec le président du Conseil italien Giuseppe Conte. Déclarant que Moscou était préoccupé par « l’arrivée en Libye de groupes armés en provenance de la province d’Idlib, dans le Nord-ouest de la Syrie » a affirmé, le président russe, jeudi, à partir de l’Italie. Le locataire du Kremlin a prévenu que ces groupes « sont de réelles menaces, pour la Libye, la région et la paix dans le monde ».La situation n’a cessé de se dégrader chez notre voisin de l’Est, notamment depuis la décision du maréchal Haftar de mener son offensive en vue de mettre, sous son contrôle, la capitale libyenne, Tripoli, et les évènements ne cessent de s’accentuer, plongeant le peuple libyen et son pays, dans une situation encore plus chaotique, sur les plans, sécuritaire, économique, social et même humanitaire. Dès son arrivée à Rome, jeudi dernier, le président russe, Vladimir Poutine, a d’ailleurs confié avoir des craintes au sujet de l’ouverture d’un nouveau front par les groupes terroristes, affirmant qu’il existe à ce jour, (jeudi :NDLR) «  des groupes armés qui se rendent en Libye, et ce, depuis la province d’Idlib, située dans le Nord-ouest de la Syrie ». La Russie, qui est un acteur majeur sur la scène du conflit syrien, après son engagement militaire, en réponse à la demande de Damas, pour mettre en échec le plan des milliers de terroristes qui ont envahi le territoire syrien, notamment à travers ses frontières avec la Turquie, connaît au moindre détail le mouvement de ces groupes terroristes qui, depuis notamment l’an dernier, ont essuyé un échec militaire et leurs soutiens, un échec politique, voire même géo-politique. De crainte de voir ces groupes terroristes, en défaite en Syrie et en Irak, notamment ceux de daech, envahir la Libye et ouvrir un autre front, qui permettra aux acteurs occidentaux d’accentuer leur présence ou action militaire comme ce fut le cas, en Afghanistan, Irak, Syrie. Moscou a invité, via son président Poutine, les acteurs engagés dans le conflit Libyen « à prendre en compte ces annonces et à vite s’entendre sur un cessez-le-feu » , au risque de voir les terroristes de tous bords en profiter pour s’implanter en Libye. D’ailleurs, c’est l’alerte qui a été donnée, à plusieurs reprises, par les pays voisins à la Libye, dont l’Algérie et également l’Union africaine (UA), depuis 2017, en avertissant sur le risque du retour des terroristes en défaites, dans les zones du conflit, Syrie et Irak. Et c’est à partir de l’Italie que le locataire du Kremlin a également appelé, à promouvoir, d’une manière plus efficiente «  un processus politique adéquat » afin de permettre au peuple libyen et son pays «  d’entrevoir le futur d’une manière sereine ».
Karima Bennour

Source : lecourrier-dalgerie

Lire aussi  ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 12 DÉCEMBRE : L’ANIE devra annoncer aujourd’hui la liste des candidats «admis»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici