Bouchareb démissionne de la présidence de l’APN : La chute d’un autre «B»

0

Les observateurs de la scène nationale s’attendaient à cette issue, pour la simple raison que les coups de boutoir de la majorité parlementaire étaient tels qu’on ne voyait pas d’autres solutions, à moins que le désormais ex-président de l’APN ait un penchant pour l’humiliation.

Mouad Bouchareb n’est plus président de l’APN. Ainsi, après avoir perdu le FLN, il y a de cela quelques semaines, celui qui se voyait comme « l’enfant prodigue » du FLN qui croyait vivre une destinée hors norme, retombe sur terre et remet son costume de simple député de l’ancienne formation majoritaire. Le Front de libération national et l’Assemblée nationale populaire sont trop grands pour lui. C’est ce qu’ont décidé ses collègues élus de la Nation. La pression qui s‘est exercée sur le 3e personnage de l’Etat a fini par le pousser à la démission. Evitant une procédure humiliante de destitution, comme l’avait d’ailleurs vécu son prédécesseur, Mouad Bouchareb a opté pour un départ volontaire. La démission a été actée hier et le Bureau de l’APN, destinataire de la lettre de Bouchareb qui a formalisé la fin de son court mandat de président de l’APN et chargé un vice-président de l’intérim du poste désormais vacant, en attendant de lancer la procédure de remplacement de Bouchareb à la tête de l’APN. En effet, avant-hier, il a été empêché par des dizaines de députés mécontents, de tenir la séance plénière. La clôture de la session parlementaire qui devait se dérouler hier, a été purement et simplement reportée à une date, encore inconnue.
Les observateurs de la scène nationale s’attendaient à cette issue, pour la simple raison que les coups de boutoir de la majorité parlementaire étaient tels qu’on ne voyait pas d’autres solutions, à moins que le désormais ex-président de l’APN ait un penchant pour l’humiliation. Il y a lieu de constater que cette démission consacre le nouveau patron du FLN, Mohamed Djemaï, qui a ouvertement demandé le départ du président de l’APN, sitôt intronisé à la tête du vieux parti.
L’une des conséquences directes de cet événement au sommet d’une des institutions du pouvoir législatif, en plus du chamboulement du calendrier de l’APN, sera la rude bataille au sein du FLN pour le prestigieux poste du « troisième personnage de la République». Même si le prochain locataire n’en profitera que quelques mois, il semble que l’énergie qu’avait dépensée la majorité parlementaire pour déloger Mouad Bouchareb est de nature à donner un signale fort à la scène politique et à l’opinion nationale en général. Qui sera donc à la tête de l’APN. Le FLN concèdera-t-il le poste à un député d’une autre formation politique ou tout simplement à un indépendant ? Quelle est véritablement l’enjeu de cette énième opération politique au sein du sérail ? Y aura-t-il un écho au sein du mouvement populaire ? Toutes ces questions trouveront peut être leurs réponses dans les slogans du 20e vendredi de mobilisation, qui se trouve être un 5 juillet.
Nadera Belkacemi 

Source : ouestribune-dz

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here