CRISE DES INTRANTS : L’usine de Renault Algérie ne ferme pas

0

Renault Algérie a annoncé, hier, avoir exclu la fermeture de son usine de montage de véhicules touristiques, sise à Oued Tlelat, à Oran, en dépit du risque d’épuisement des stocks de kits CKD/SKD, à compter du mois de novembre prochain.

Selon une source, responsable de cette usine, la chaîne de production risque d’être suspendue éventuellement à partir du mois de novembre prochain, en raison de l’indisponibilité des kits destinés au montage des véhicules touristiques après épuisement des quotas qui nous ont été autorisés. Toutefois, la même source a exclu la fermeture de l’usine de Oued Tlilat (Oran), comme le laissaient entendre des rumeurs sur le sujet, rassurant que la production devrait reprendre avec l’arrivée des nouveaux quotas, probablement au début de l’année 2020. À cet effet, en cas de « suspension provisoire de ses activités de montage, Renault Algérie exclut tout licenciement de son personnel, en misant sur un redéploiement ».
Mieux encore, les responsables de Renault Algérie tentent actuellement de faire fonctionner l’usine à des rythmes moins intenses pour essayer d’éviter l’arrêt total de sa chaîne de production.
Mehdi Isikioune

IMPORTATION DES KITS SKD
Une facture de 1,76 md dollar en six mois
L’Algérie a importé pour 1,766 milliard de dollars de kits (SKD) destinés au montage automobile de transport du personnel et de marchandises, durant le 1er semestre de 2019, contre près de 1,711 milliard de dollars à la même période de l’année dernière, enregistrant une hausse de près de 55,26 millions de dollars (+3,23%). Selon une source de la direction générale des Douanes (DGD) citée par l’APS, Cette hausse s’explique, essentiellement, par les importations de collections SKD, destinées au montage des véhicules de transport de marchandises, qui ont atteint 437,37 millions de dollars, contre 260,60 millions de dollars, durant la même période de comparaison, soit une hausse de 67,84%, a indiqué la direction des Études et Prospectives des Douanes (DEPD). La même source ajoutera également que de janvier à juin dernier 2019, les importations de collections SKD destinés aux véhicules pour le transport de marchandises, ont représenté 5,90% de la structure des importations des principaux produits du groupe biens d’équipement industriels, soulignant, ainsi que ce groupe a occupé le premier rang de la structure des importations globales avec une part de 33,49%, pour une valeur globale de près de 7,416 milliards de dollars contre 7,826 milliards de dollars, en baisse de -5,24%, durant les six premiers mois de 2019.
Le montant de l’importation des collections SKD utilisées dans le montage des véhicules légers a atteint, quant à lui, 1,329 milliard de dollars durant le 1er semestre 2019, contre près de 1,451 milliard de dollars à la même période de 2018, reculant de 121,51 millions de dollars, soit -8,38%. La hausse a concerné aussi les importations des parties et accessoires des véhicules automobiles servant à l’entretien des véhicules d’occasion, qui ont atteint 199,32 millions de dollars, contre 171,01 millions de dollars, en hausse de 28,31 millions de dollars, soit (+16,55%). Faut-il rappeler également qu’en mai dernier, des décisions importantes avaient été prises par le gouvernement pour faire baisser la facture d’importation des kits CKD/SKD destinés au montage des voitures touristiques, ainsi qu’à la fabrication des produits électroménagers, électroniques et de la téléphonie mobile. À cet effet, il est utile de rappeler qu’une correspondance, adressée par la direction générale des Douanes à ses services, avait précisé que les quotas d’importation des kits « SKD » alloués pour l’année 2019, aux quatre principaux constructeurs automobiles, dont les projets et les programmes de production (modèles) ont été validés par le Conseil national de l’Investissement (CNI). Il s’agit de la SPA Renault-Algérie Production (RAP), la SARL Tahkout manufacturing company, la SPA Sovac production et enfin la SARL Gloviz (KIA).
M. Isikioune

Lire aussi  Pourquoi de nouvelles élections ne risquent pas de résoudre les problèmes en Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici