DÉGAGER UNE SOLUTION COMMUNE À LA CRISE AVEC DEUX PÔLES POLITIQUES DE POIDS : Le grand pari de la société civile

1

La dynamique de la société civile composée notamment de la Confédération des syndicats algériens CSA, d’associations et d’organisations nationales et locales a déposé une demande d’autorisation pour l’organisation d’une rencontre samedi prochain à la Safex d’Alger. Cette réunion qui fait suite à la conférence nationale du 15 juin dernier a pour objectif de rassembler les propositions de solution permettant une sortie de crise.

C’est ce qu’a fait savoir, hier, le Coordinateur national de la CSA, Ilyès Merabet, qui a souligné toutefois, que l’autorisation pour la tenue de cette activité n’a toujours pas été accordée par les services de la wilaya. Il a fait savoir d’autre part que la majorité des partis politiques, des personnalités, et des représentants du mouvement populaire rencontrés durant deux semaines, ont salué cette initiative et ont donné leur accord pour y participer.
Alors que les partis politiques dits de l’alliance sont exclus de la rencontre, les partis de l’opposition que ce soit ceux de l’alternative de la transition démocratique comme le RCD, le FFS, le PT et l’UCP ou encore les partis qui constituent le Forum des forces pour le changement à l’instar de Talaï El Houryet, de Ejil Jadid, de l’UFSP, du FJD, et d’El Nahdha ont tous confirmé leur participation à cette rencontre prévue le 17 juin prochain, a précisé notre interlocuteur. Le coordinateur de la CSA a noté, par ailleurs, que cette rencontre fait suite à celle organisée le 15 juin dernier. «Nous sommes sortis à l’époque avec une feuille de route et un projet de solution où il était question de toucher les partis politiques, les personnalités, les groupes de l’élite au niveau national et des personnes qui ont émergé depuis le début du mouvement populaire pacifique», dira-t-il. L’objectif, a-t-il, poursuivi, est de tenter de rassembler les initiatives et les initiateurs et discuter dans la concertation des points en commun et les principes généraux qui puissent rassembler tout le monde. Selon Merabet, «il y a matière à travailler, de sorte à aller vers des propositions consensuelles et rapprocher les positions des uns et des autres». L’objectif est également, a-t-il ajouté, de ramener les uns et les autres vers une feuille de route consensuelle tout en insistant sur les principes démocratiques, à savoir le respect des libertés, garder l’activité politique loin de toute pression ou interférence sur les syndicats et les organisations, l’ouverture du champ médiatique de (la presse de manière générale et audiovisuelle en particulier) ramener notamment des mesures d’apaisement par rapport au mouvement populaire pacifique et par rapport à toutes les contraintes concernant le déplacement des manifestants.
Ilyès Merabet a estimé pour conclure que compte tenu de la difficulté de la situation, il est nécessaire d’avoir l’adhésion de tous les Algériennes et les Algériens, afin d’échanger et de se concerter sur les solutions qui existent pour faire sortir notre pays de la crise.
Ania Nait Chalal

Source : lecourrier-dalgerie

1 COMMENT

  1. Vous commencez juste comme il ne faut pas messieurs : par l’exclusion partisane !! Une démocratie un peu indécise …

    Sont-ils naïfs, nos hommes/femmes de la société dite “civile” … Ils n’on même pas conscience qu’ils font preuve d’un esprit de clan. Une fois au pouvoir, ils ferons autrement ? Craignons pour l’unité du pays …

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here