GAID SALAH CHARGE LES HAUTS RESPONSABLES IMPLIQUÉS DANS LA CORRUPTION : «Ces traitres seront démasqués tôt ou tard !»

1

Le chef d’état-major de l’Armée, vice-ministre de la Défense nationale, a qualifié les procès et les peines d’emprisonnement retenues par la Justice contre des personnalités et hauts cadres de l’État de «justes », «qui leur ont été infligées par la force de la loi, du droit et de l’équité».
Lors d’une allocution, prononcée à l’occasion d’une cérémonie de remise des grades et des médailles à un nombre d’officiers supérieurs de l’Armée, au ministère de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, a regretté que certains responsables, ayant exercé des fonctions supérieures au sein de l’État, n’ont pas été à la hauteur de la confiance placée en eux.
«Toute démarche patriotique noble ne saurait se réaliser que si ceux qui la mènent s’élèvent à la hauteur du comportement professionnel intègre», a lancé Gaïd Salah, devant les cadres du ministère de la Défense nationale, soulignant que « telle est la feuille de route que nous tendons, voire œuvrons à suivre au sein de l’ANP ». Pour éviter que ce genre de cas ne se répète dans l’avenir, le chef d’état-major de l’ANP a promis de veiller « à ce que tous les maux et fléaux que traite aujourd’hui la justice, soient des enseignements et des leçons bénéfiques et profitables voire dissuasifs pour toute personne sensée et rationnelle ». « Dans ce contexte, il est vraiment regrettable, voire inacceptable, du point de vue religieux, social et éthique, de constater certains cadres supérieurs arriver à un tel niveau bas et abject de corruption, en dépit de leur parfaite connaissance des lois en vigueur», a-t-il déploré.
«Ceux-là mêmes qui ont occupé des fonctions supérieures et à qui incombait la responsabilité de préserver les intérêts suprêmes du peuple algérien, n’ont pas été à la hauteur de la confiance placée en eux, et mérite, de ce fait, cette sanction équitable, qui leur a été infligée par la force de la loi du droit et de l’équité », a-t-il poursuivi. Pas question, selon Gaïd Salah, de surseoir à cette mission «mains propres » que mène la Justice, à sa tête la Cour suprême. L’institution militaire est déterminée, plus que jamais, à arracher « les racines du mal », selon l’expression employée par Gaid Salah.
Pour le chef d’état-major « la justice déterminée et l’équité résolue demeurent », a-t-il affirmé, ajoutant que c’est «la voie parfaite et efficace pour assainir le pays de la corruption et des corrupteurs malgré une opposition virulente aux différentes facettes », que ne cessent d’afficher, a-t-il poursuivi «  certaines parties lésées par le travail de la justice ». Suite à quoi, il lancera de sévères mises en garde contre « celui qui voit en l’environnement corrompu et pourri une voie pour accéder à une vie prospère, même si cela se réalise au détriment de la patrie et du peuple» et qui « œuvrera à lutter contre tout effort sincère qui veut libérer notre patrie de ces maux irrémissibles ». Lançant que «ces corrupteurs, ces traitres et tous ceux qui nuisent à la terre des Chouhada, ont oublié que tôt ou tard, ils seront démasqués et échoueront dans leur besogne. Et d’affirmer encore qu’«il est certain que tous ceux qui ont foi en le pacte des vaillants Chouhada et leur éternel serment, contribueront, en toute sincérité, à la lutte contre la corruption et participeront avec abnégation et dévouement à la purification de l’Algérie des inféodés et serviteurs du colonialisme», a-t-il indiqué.
Sur le 57e anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie, le général de Corps d’armée a estimé que cet événement « insuffle dans nos esprits et mémoires les significations d’une réelle victoire et qui anime en nous les sentiments de fierté et d’orgueil envers nos gloires et les prouesses des pionniers de la génération de Novembre ».  C’est une occasion, dira-t-il « pour renouveler ce serment que nous avons fait devant les Chouhada d’hier et d’aujourd’hui et rendre un hommage solennel à tous ceux qui ont tenu leur engagement envers Allah et la Patrie » a conclu le chef d’État-major, dans son discours jeudi dernier, devant les cadres du ministère de la Défense nationale.
Hamid Mecheri

Source : lecourrier-dalgerie

Lire aussi  Les magistrats font reculer Zeghmati

1 COMMENTAIRE

  1. Blablabla…Qui peut croire que ces corrompus civils auraient pu tenir un seul mois devant des populations en colère, devant des enquêteurs et des juges honnêtes, s’ils ne bénéficiaient pas de la protection des généraux avec qui ils partageaient tout? Gaid, arrêtez de noyer le poisson dans l’eau et de réécrire l’histoire de la corruption en Algérie, on sait tous d’où elle émane et comment elle s’est répandue. L’une de ses causes les plus profondes et originelle est bien le fait que des chefs militaires se soient arrogé par la force, la menace et l’assassinat de s’imposer aux politiques puis de les désigner à leur convenance. Et apparemment ça continue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici