GESTION DES AFFAIRES COURANTES DE L’ÉTAT : Rabehi à la rescousse du gouvernement

0

Depuis qu’il est nommé en poste, au dernier remaniement opéré par Bouteflika avant sa chute, Hassan Rabehi, porte-parole du gouvernement multiplient ses sorties, pour combler l’absence avérée du Premier ministre Bedoui, ciblé par le mouvement populaire, lui comme les figures qui incarnent le régime, depuis le 22 février dernier.
En effet, et alors que les algériens ne cessent de revendiquer un changement radical, passé par le départ du gouvernement, Hassan Rabehi affirme que la primature qu’il représente assume sa charge des affaires courantes de l’État, comme mission dont elle a officiellement hérité le titre. Une mission menée avec «responsabilité et efficacité», a-t-il indiqué, hier à Alger. Pour le responsable qui cumule également les fonctions de ministre de la Communication, cette mission a trait «à la prise en charge les préoccupations du citoyen et à améliorer ses conditions de vie».
«Le Gouvernement œuvre à tenir informée l’opinion publique de ce qu’il réalise, à travers des communiqués rendus publics dès la fin des conseils interministériels, présidés par le Premier ministre», précise Rabehi, cité par l’APS, en marge d’une session de formation portant sur l’environnement, organisée au profit de journalistes de la presse nationale.
En tant que ministre en charge du secteur de la Communication, Rabehi a réagi également sur le groupe médiatique «Temps Nouveaux»- propriété de l’homme d’affaires Ali Haddad- et lequel traverse une grave crise financière dont quelque 400 journalistes et assimilés de la presse risquent de se retrouver au chômage. Outre les deux «Dzair New et Dzair TV», les deux journaux du groupe ont été privés depuis quelques jours de la publicité publique. À une question à ce sujet, le ministre estime que les organes privés, partant du fait qu’ils soient libres «doivent assumer leur gestion» et «si ils échouent dans la gestion de leurs affaires, ils doivent y remédier et résoudre leurs problèmes», s’est-il contenté de sa réponse.
F. G.

Source : lecourrier-dalgerie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici