IL VEUT REDORER LE BLASON DE L’UGTA : Labatcha tend la main aux syndicats autonomes

0

Intervenant, avant-hier, sur les ondes de la Radio algérienne, le nouveau Secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha, est revenu sur la question de refonte au sein de la Centrale syndicale. Reconnaissant que celle-ci a perdu la confiance des travailleurs, le nouveau SG a, par conséquent, affirmé qu’« il est temps de redorer le blason de l’UGTA ».

Pour ce faire, le successeur d’Abdelmadjid Sidi Saïd n’a pas hésité à tendre la main aux syndicats autonomes en les appelant à un réel dialogue en vue de trouver des solutions aux problèmes des travailleurs. « On ne peut pas rester dans l’adversité. Aujourd’hui, on doit travailler ensemble et unifier nos actions », a-t-il déclaré à cet effet. Pour lui, «  peu importe l’appartenance syndicale (UGTA ou autonome), l’essentiel c’est qu’on arrive à trouver des solutions, ensemble, pour le bien des travailleurs ».
S’étalant sur le bilan de son prédécesseur, l’hôte de la Radio algérienne a reconnu que le nombre des adhérents à l’UGTA a connu une baisse. Malgré ce, il s’est montré confiant en précisant que la Centrale syndicale va «  rompre avec les pratiques du passé ». Ainsi, il dira qu’aujourd’hui «  l’objectif est de s’approcher de la base et d’écouter ses problèmes ».
Plus loin, l’intervenant a fait savoir qu’un « diagnostic » devrait être établi dans les prochains jours. « Il nous faut une évaluation responsable et sincère », a-t-il précisé. Soutenant qu’un « grand chantier attend la Centrale syndicale », l’intervenant a, par ailleurs, abordé les priorités de la refonte qu’il compte engager après son élection. En ce sens, il dira l’«Algérie de l’après 22 février a exigé de mettre en place des réformes pour permettre à cette organisation, qui a perdu sa place, de revenir sur la scène politique et de proposer les solutions ». Par ailleurs, Labatcha a précisé que cette refonte «  prendra du temps », et ce, «  en raison de la situation complexe héritée »  des temps de Sidi Saïd.
«  On doit rétablir le rôle de l’UGTA. Elle doit revenir à sa mission principale, qui consiste d’abord à défendre les intérêts moraux et matériels des travailleurs, ainsi que de l’entreprise qui est créatrice de richesse  », a-t-il plaidé. Parmi les points qui nécessitent une révision, le SG a cité la baisse du pouvoir d’achat des algériens, les impôts (IRG), les pensions des retraités… qui sont autant de questions sur lesquelles les experts de l’UGTA devront se pencher. Il ne manquera pas de souligner que ce discours est «  sincère », appelant par conséquent à « l’adhésion de tout le monde pour réussir cette mission ».
Parmi les autres objectifs que la Centrale syndicale s’est fixés, l’intervenant met également en avant la nécessité d’assurer la pérennité de l’outil de production, « qu’il soit public ou privé », pour lequel certains des dirigeants sont poursuivis par la justice, mais « dont les entreprises, insiste-t-il, doivent être épargnées ».

Lire aussi  Démographie : Oui, il y a plus d’hommes que de femmes en Algérie !

« L’UGTA n’a pas toujours eu les coudées franches »
Interrogé, d’autre part, au sujet des accusations de la non-légitimité de son élection, lors d’un Congrès qui a été contesté par de nombreux syndicalistes, l’intervenant a précisé que la tenue de ce Congrès devait avoir lieu, après l’avènement du 22 février. « C’est une occasion qui peut ne pas se reproduire d’aussitôt », a-t-il précisé, en indiquant que la volonté « de rajeunir la Centrale lui a permis de décrocher autant de voix ». Interrogé sur l’indépendance de son organisation syndicale, Labatcha a reconnu que l’UGTA «  n’est pas indépendante dans certaines questions ». « Nous n’avons pas eu toujours les coudées franches », a-t-il dit, sans donner de précisions à ce sujet.
Lamia Boufassa

Source : lecourrier-dalgerie

Lire aussi  Mouvement populaire: Imposante marche des Algériens à Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici