Justice  : Le syndicat des magistrats annonce la poursuite de la grève 

0
Source :

Il semble que le bras de fer opposant le ministère de la Justice et les magistrats, est loin de connaître son épilogue.

Pour cause ? Le débrayage des magistrats sera maintenu et poursuivi durant les prochains jours et ce, après la grève de la semaine passée. Ainsi, le bout du tunnel de ce conflit qui oppose les deux parties, est loin de voir le bout du tunnel.
Dans un communiqué rendu public hier, le syndicat national des magistrats (SNM), a annoncé la poursuite du débrayage durant les prochains jours, justifiant sa décision de prolonger le débrayage par l’absence d’une solution à la crise.
«En l’absence d’une solution à la crise, le mouvement de protestation se poursuivra avec la même cadence, tout en veillant à plus de discipline afin d’éviter tout dérapage potentiel en faisant face aux mesures d’improvisation prises par le ministère», peut-on lire dans le communiqué.
Ainsi, le syndicat des magistrats persiste et signe en faisant savoir qu’il poursuivra la grève initiée la semaine passée. Pour le SNM, les magistrats n’ont pas à recevoir de leçons de patriotisme. «Les magistrats n’ont besoin de recevoir de quiconque des leçons de patriotisme ou de bon jugement», ajoute la même source. Et d’ajouter: «Les magistrats ont toujours fait preuve de sens de la responsabilité et d’amour pour le pays, loin de toute surenchère. Les services du ministère doivent cesser leurs procédés policiers dans la gestion de la crise».
Par ailleurs, le syndicat des magistrats présidé par Issaad Mabrouk, affirme que les portes du dialogue sont ouvertes pour trouver une solution à la crise qui secoue le secteur. «Le Syndicat national des magistrats saluera toute initiative susceptible d’aider à résoudre la crise et dans les meilleurs délais», ajoute encore la même source.
En guise de bonne intention pour une fin rapide de la crise, le SNM affirme «vouloir revenir au fonctionnement normal pour ne pas retarder les affaires des citoyens pour une période plus longue».
Pour le syndicat des magistrats, des «mesures rationnelles pour mettre fin à la situation, de sorte à préserver l’autorité des institutions de l’État et aussi la dignité des magistrats et l’intérêt des justiciables», sont les préludes de la fin de la crise et du retour à la normal.
 Il est à rappeler que, jeudi dernier, le ministère de la Justice a affirmé être ouvert à toute initiative dans le cadre du dialogue sérieux respectant l’indépendance des institutions, les droits du magistrat, les intérêts des justiciables et l’intérêt suprême de la société.
Dans un communiqué, la même source précise que «Le ministère de la Justice demeure ouvert à toute initiative dans le cadre du dialogue sérieux respectant l’indépendance des institutions, les droits du magistrat, les intérêts des justiciables et les intérêts suprêmes de la société, qu’il convient de placer au dessus de toutes considérations».
Ainsi, le ministère a annoncé «la programmation d’une deuxième session ordinaire du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) au cours de la troisième semaine du mois de novembre pour examiner les recours introduits au sujet du mouvement annuel des magistrats».
Il a appelé enfin, «l’ensemble des magistrats qui s’estiment lésés, à introduire leurs recours qui seront tranchés dans le cadre des dispositions de l’article 19 de la loi relative à la composition du Conseil supérieur de la Magistrature, ses actions et ses prérogatives».
Samir Hamiche 

Lire aussi  BENGRINA DEPUIS BISKRA : «Je vais en finir avec l’impunité et la corruption»
Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici