La Maserati, le général et les importateurs : comment des « intermédiaires » amassent des fortunes sur le dos de l’armée algérienne

4
Source :

Certains vont effectivement en prison. Mais d’autres poursuivent leurs affaires et maintiennent leur train de vie princier en s’offrant des voitures Maserati dans les plus beaux quartiers de Paris. C’est le joyeux destin que vivent en ce moment certains intermédiaires affairistes qui font la liaison entre plusieurs oligarques, hommes d’affaires ou investisseurs étrangers et des membres influents de l’institution militaire algérienne. 

Des intermédiaires qui prennent des pots-de-vin, distribuent des commissions ou rétrocommissions en permettant à des sociétés privées ou étrangères de bénéficier d’un précieux « coup de main » d’un général influent de l’armée. Et jusqu’à aujourd’hui, ces intermédiaires choyés par les services de l’armée font leurs affaires dans une totale sérénité. Il en est ainsi d’un homme d’affaires appelé Hocine Bachouche. Un businessman membre de la famille du général-major M’henna Djebar, l’ancien patron de la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), et l’un des plus influents anciens hauts gradés du DRS qui fut pendant longtemps l’un des hommes les plus proches du Général-Major Toufik Mediene, le patron historique du Département du renseignement et sécurité (DRS).

Lire aussi  UN DÉBAT TÉLÉVISÉ POUR CLORE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE : Le dernier quart d’heure avant le jour décisif 

Hocine Bachouche a joué le rôle d’intermédiaire entre des généraux algériens et plusieurs gros importateurs. Il avait, à titre exemple, le cerveau des opérations d’importation du blé par l’importateur Mohamed Belhadj entre 2003-2004 et 2005. Parrainé tantôt par le général Sanhadji, l’ancien secrétaire général du ministère de la Défense nationale (MDN), tantôt par Said Bey, l’ex-puissant chef de la deuxième région militaire et aujourd’hui détenu à la prison militaire de Blida, Houcine Bachouche faisait jouer ses relations avec plusieurs autres puissants généraux comme Habib Chentouf, l’ex-patron de la première région militaire et exilé en Europe à la suite d’un bras-de-fer avec Gaid Salah.

Et même si certains de ses mentors sont tombés, Hocine Bachouche continue de jouir d’une impunité sans failles. Il bénéficie encore et toujours de ses entrées au ministère de la Défense Nationale pour obtenir des marchés juteux comme ce fut le cas en 2017 lorsqu’il permettait au Roger FRESNEDA, représentant de la marque Carrier, fabricant des climatiseurs et d’équipements de climatisation, de décrocher de gros marchés avec le ministère de la Défense Nationale.

Lire aussi  LE FLN EST À DEUX DOIGTS DE SOUTENIR SA CANDIDATURE : Mihoubi en campagne «diplomatique»

Aujourd’hui, au moment où d’autres « barons » sont à la prison d’El-Harrach, Hocine Bachouche continue de profiter du confort de ses trois villas à Palem Beach, Staouéli Alger. L’une de ses villas est collée à celle d’Abdelmalek Sellal. Et si à Alger, il se fait discret. À Paris, sa nouvelle Maserati roule à vive allure dans le très chic 16e arrondissement. Où est donc parti le fameux « Mendjel » ?

Source :

4 Commentaires

  1. Ce journal en ligne est un véritable chiffon… TRAÎTRES ! Vous insinuez que Gaid Salah couvre ces corrompus ???!!! Le peuple soutient le haut commandement militaire et continuez à aboyer et la caravane passera….

  2. Dans les autres pays les militaires leur rôle c’est de défendre la nation pas la pillée et la trahir, merci à ce journal de nous donner l’occasion à critiquer les traîtres et les corrompus

  3. Vive Gaid Salah le libérateur même s’il est mon ennemi. Comme on dit en mathématiques l’ennemi de mon ennemi c’est mon amie, courage mon général Gaid Salah de nettoyer cette peste corrompue qui bloquent le développement du pays depuis le départ de boumedienne Allah yarhamou pendant des décennies ou l’ Occident a profité de notre énergie jeunesse formé dans nos grandes universités sont jeter en proies à l’étranger. Quand je lis leurs thèses je pleure cette jeunesse en plaine d’énergie pour la recherche et le développement du pays. Jeter en dehors du pays.

  4. Hychem Zaidi, ils essaient de faire des amalgames plus que louches avec des insinuations maladroites mais ils ne peuvent pas cacher que les généraux qui ont été les parrains de ce Bachouche sont l’un en prison et l’autre en fuite et non pas en exil! C’est la preuve formelle que Gaïd Salah avait tapé juste en les inculpant et en les remplaçant par des gens plus honnêtes. Le tour viendra de cet intermédiaire ( il en faut dans certaines activités) et sa Maserati sera vendue aux enchères !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici