L’AFFAIRE DE SAÏD BOUTEFLIKA, TARTAG, TOUFIK ET LOUISA HANOUNE AU MENU : Plusieurs procès relancés cette semaine

1
Source :

Le calendrier judiciaire promet d’être chargé en cette troisième semaine du mois de septembre. En effet, plusieurs procès sont programmés dans les prochains jours, dont celui qui concerne le frère de l’ancien président de la République, Saïd Bouteflika, et les généraux Toufik et Tartag, ainsi que Louisa Hanoune.

Ce procès qui est prévu pour demain au Tribunal militaire de Blida, sera au centre de l’actualité judiciaire, surtout que les accusés, qui sont en détention provisoire depuis le mois de mai dernier, risquent de très lourdes peines, puisqu’ils sont poursuivis pour «complot contre l’autorité de l’État» et «atteinte à l’autorité de l’Armée». Trois autres personnes, en l’occurrence, l’ancien vice-ministre de la Défense nationale, le général-major Khaled Nezzar, son fils Lotfi, patron de la société SLC, ainsi que le pharmacien Farid Benhamdine, président de la SAP (Société algérienne de Pharmacie), sont également poursuivies dans le cadre de cette affaire pour «complot» et «trouble à l’ordre public». Ces derniers ont fait l’objet, depuis le début du mois d’août, d’un mandat d’arrêt international lancé à leur encontre étant donné qu’ils ont quitté le territoire national.
À noter que depuis son incarcération, plusieurs actions de soutien à la secrétaire générale du PT ont été tenues, outre les appels à sa libération provisoire. Hier encore, les forces de l’alternative démocratique ont rappelé, dans un communiqué, « leur ferme condamnation de la politique de criminalisation de l’action politique et du délit d’opinion ». Considérant que Mme Hanoune a été « emprisonnée pour ses positions et activités politiques », les FAD ont exigé «la relaxe pure et simple de Louisa Hanoune et la libération de tous les détenus politiques et d’opinion».
Cependant, avant l’ouverture de ce procès, le rendez-vous est donné aujourd’hui, au tribunal de Sidi M’hamed où s’ouvrira le procès en appel des conservateurs fonciers dans lequel est impliqué Kamel Chikhi (dit El Boucher), ainsi que 14 autres prévenus.
Kamel Chikhi a été condamné, au mois de juillet dernier, à une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA. Cinq autres accusés ont été condamnés à une peine de 8 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA alors que quatre autres ont écopé d’une peine de 5 ans de prison ferme , deux accusés de 4 ans de prison ferme et un accusé condamné à 6 ans de prison ferme . Le tribunal a décidé également la saisie des biens immobiliers de sept accusés.
Kamel Chikhi est poursuivi dans trois autres affaires dont la saisie de 701 kg de Cocaïne au port d’Oran. L’instruction dans cette affaire se poursuit toujours auprès du juge d’instruction près le pôle judiciaire de Sidi M’Hamed. Plus de 37 personnes ont été interpellées depuis l’ouverture de l’enquête. Les six principaux accusés ont été placés sous mandat de dépôt le 7 juin dernier. Il s’agit entre autre de l’accusé principal Kamel Chikhi deux de ses frères, l’un de ces associés M.N. ainsi que le directeur commercial de l’entreprise Dounia Mea. L’autre procès attendu pour mercredi prochain est celui du général à la retraite, Hocine Benhadid. Poursuivi pour atteinte à un corps constitué, le général à la retraite, Hocine Benhadid, a été placé le 12 mai dernier en détention provisoire par le tribunal de Sidi M’hamed.
L’avocat du général à la retraite, Me Bachir Mechri, avait alerté, il y a quelques mois, sur l’état de santé de son client, considérant que celui-ci «risque de mourir d’un moment à l’autre». Selon les explications de l’avocat, le général à la retraite a été arrêté à cause de propos qu’il a tenus dans une lettre publiée dans la presse et qu’il a adressée au général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd-Salah.
Benhadid a déjà été condamné en 2016 à une année de prison avec sursis pour «outrage à corps constitué». Arrêté en septembre 2015 dans le cadre de cette affaire, il a été remis en liberté en juillet 2016.
À noter que ces affaires ne sont qu’une goutte dans l’océan des dossiers sur lesquels la justice se penche depuis le début du mouvement populaire pacifique.
Par conséquent, l’on s’attend, dans les mois qui viennent, à l’ouverture d’autres procès qui concernent la corruption, dans lesquels de hauts fonctionnaires de l’État sont impliqués.
Lamia Boufassa

Lire aussi  DIRECTOIRE DE CAMPAGNE DE TEBBOUNE : Défections en série et confusion
Source :

1 COMMENTAIRE

  1. La peine capitale pour les traîtres et les saboteurs, unique où monde les plus hauts gradé collaborent contre leur mère patrie, est-ce que notre armée n’est pas où mains des traîtres

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici